Boudica


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Boudica est probablement né vers 25 après JC. Antonia Fraser, l'auteur de Les reines guerrières (1988) souligne que Bouda était un mot celtique pour la victoire. Boudica épousa le roi Prasutagus, roi de la tribu Iceni à Norfolk et Suffolk vers 45 après JC. (1) La capitale de la tribu était l'actuelle Caistor St Edmund. (2) On pense que Prasutagus a conclu une alliance avec les Romains lorsqu'ils se sont soumis à Claude vers 50 après JC. (3)

Prasutagus était fidèle aux envahisseurs romains, mais lorsqu'il mourut en 60 après JC, il laissa son royaume conjointement à ses deux filles et à Néron, l'empereur romain. Néron refusa de partager le pouvoir avec les filles de Prasutagus et l'ordre fut donné à l'armée romaine de prendre le royaume par la force. "Le royaume et la maison ont été pillés par l'armée romaine. Sa veuve Boudica a été flagellée et leurs filles violées." (4) Les Romains croyaient qu'ils avaient le droit de violer les femmes de tout groupe qui résistait à leur domination. Les biens et possessions de toutes les principales familles tribales ont été saisis. (5)

L'historien Cassius Dio a été impressionné par les capacités de Boudica. "L'éveil des Britanniques, les persuader de se battre contre les Romains, la conquête du leadership et du commandement tout au long de la guerre - c'était l'œuvre de Boudica, une femme de la famille royale britannique qui avait une intelligence hors du commun pour une femme ... Quand elle avait rassemblé une armée d'environ 120 000 hommes, Boudicca est montée sur une tribune... Elle était très grande et sinistre... et sa voix était dure. Elle a poussé ses longs cheveux auburn jusqu'aux hanches. Prenant aussi une lance pour ajouter à son effet sur l'ensemble du public." (6)

Il a été affirmé que Boudica avait dit à ses troupes : « Je ne me bats pas pour mon royaume et ma richesse. Je me bats comme une personne ordinaire pour ma liberté perdue... Considérez combien d'entre vous se battent - et pourquoi. bataille, ou périr. C'est ce que moi, une femme, j'ai l'intention de faire ! - laisser les hommes vivre en esclavage s'ils le veulent. (7)

L'armée de Boudica a attaqué les colonies romaines à Londres, Colchester et St Albans. Les historiens romains affirment que l'armée de Boudica a tué au moins 70 000 personnes lors de ces attaques. "Ils étaient impatients d'égorger, de pendre, de brûler et de crucifier." À l'époque, les soldats romains étaient impliqués dans une campagne militaire au Pays de Galles. Dès que Gaius Suetonius Paulinus, le gouverneur romain, entendit parler de la rébellion, il renvoya ses troupes en Angleterre.

Nous ne savons pas où s'est déroulée la bataille entre Boudica et Paulin. Graham Webster, l'auteur de Boudica : la révolte britannique contre Rome (1978) souligne que les troupes de Boudica "manquaient d'organisation, de discipline et d'équipement" et que la "meilleure protection corporelle qu'un homme pouvait acquérir était un pourpoint en cuir, fortement graissé pour faire tourner une lame d'épée, avec des bandes ou des patchs durcis sur les épaules et d'autres éléments vulnérables les pièces". (8) Jules César a affirmé qu'ils allaient généralement au combat nus : « tous les Britanniques se teignent le corps avec du pastel, qui produit une couleur bleue et leur donne un aspect sauvage au combat. (9)

Les historiens romains nous racontent que Paulin a dit à ses troupes : « Ne tenez pas compte des vaines menaces des indigènes ! pour les repousser, des épées pour les tuer." (dix)

Suétone prétend que les Romains avaient une armée d'environ 10 000 soldats, tandis que Boudica avait 230 000 soldats. « Les Romains prirent position dans un défilé, avec une plaine devant et une forêt dense derrière. Les tribus de Boudica entrèrent dans la plaine, rangeant leurs chariots à l'arrière, avec les femmes et les enfants, comme dans une tribune. attaque, les Britanniques ont d'abord été accueillis par une pluie de javelots, puis par un assaut discipliné. Encerclés par les charrettes, il y a eu un terrible massacre des membres de la tribu. On prétend que 80 000 Britanniques et 400 Romains ont été tués pendant la bataille. (11)

Boudica a réussi à s'échapper mais selon Tacite, lorsqu'elle a réalisé qu'elle serait incapable de vaincre les Romains, elle s'est suicidée en prenant du poison. Cassius Dio a suggéré que sa mort pourrait avoir été causée par une maladie. Cependant, il a été souligné que la maladie pourrait avoir été causée par la prise de poison. (12)

Prasutagus, roi des Iceni... fit de l'empereur un cohéritier avec ses deux filles. Prasutagus espérait par cette soumission préserver son royaume et sa maison des attaques à sa mort. Mais il s'est avéré autrement. Le royaume et la maison ont été pillés par l'armée romaine. Sa veuve Boudicca a été flagellée et leurs filles violées.

Je ne me bats pas pour mon royaume et ma richesse. C'est ce que moi, une femme, j'ai l'intention de faire ! - laisser les hommes vivre en esclavage s'ils le veulent.

L'éveil des Britanniques, les persuader de lutter contre les Romains, la conquête du leadership et du commandement tout au long de la guerre - c'était l'œuvre de Boudicca, une femme de la famille royale britannique qui avait une intelligence hors du commun pour une femme. .. Prendre une lance aussi pour ajouter à son effet sur l'ensemble du public.

Les Britanniques aimaient le pillage et ne pensaient à rien d'autre. Contournant les forts et les garnisons, ils se dirigeaient vers les endroits où le butin était le plus riche et la protection la plus faible. Les morts romains à (Colchester, Londres, St. Albans) sont estimés à 70 000... Ils ne pouvaient plus attendre pour égorger, pendre, brûler, et crucifier... Suétone Paulin décida d'attaquer sans plus attendre.

(1) Antonia Fraser, Les reines guerrières (1988) page 4

(2) Christophe Snyder, Les Britanniques (2003) page 34

(3) Timothy W. Potter, Boudica : Oxford Dictionary of National Biography (2004-2014)

(4) Tacite, Annales de la Rome impériale (vers 118)

(5) Graham Webster, Boudica : la révolte britannique contre Rome (1978) page 88

(6) Cassius Dion, Histoire romaine (c. 215)

(7) Boudica, cité par Tacite, dans son Annales de la Rome impériale (vers 118)

(8) Graham Webster, Boudica : la révolte britannique contre Rome (1978) page 28

(9) Jules César, La guerre des Gaules (vers 52 avant JC)

(10) Gaius Suetonius Paulinus, cité par Tacite, dans son Annales de la Rome impériale (vers 118)

(11) Timothy W. Potter, Boudica : Oxford Dictionary of National Biography (2004-2014)

(12) Antonia Fraser, Les reines guerrières (1988) pages 99


Les badasses de l'histoire : Boudica

« Rien n'est à l'abri de l'orgueil et de l'arrogance romains. Ils vont défigurer le sacré et déflorer nos vierges. Gagner la bataille ou périr, c'est ce que moi, une femme, je ferai. – Boudica, reine des Iceni.

Alex Kingston dans le rôle de Boudica dans le film Reine guerrière [PHOTO : pinterest]

La dernière fois le Les durs à cuire de l'histoire, nous avons couvert la vie incroyable du Thrace, Spartacus, l'esclave romain qui a mené une rébellion comptant plus de 90 000 hommes, a vaincu les généraux romains au combat et a presque gagné sa liberté. Nous restons proches de cette période de l'histoire cette fois, sautant dix ans plus tôt à l'an 61. Cette fois, nous parlons de la reine badass des Iceni, Boudica, qui a mené sa propre rébellion contre Rome et a presque gagné .

Boudica (également orthographié Boudicca ou Boadicea) a massacré toute une armée romaine, mis Londres à feu et à sang (et ses effets peuvent en fait être lus dans les archives archéologiques) et a tué plus de 70 000 civils dans les villes romaines de Londinium (moderne- jour Londres), Verulamium et Camulodunum. Elle ne supporterait pas d'être sous la domination romaine. Elle voulait vivre à l'abri de la tyrannie, et elle le voulait aussi pour le reste du peuple celtique de l'ancienne Grande-Bretagne. Mais qu'est-ce qui l'a envoyée dans un tel déchaînement ? Pourquoi a-t-elle mené une rébellion si sanglante ? Pourquoi n'a-t-elle pas réussi?


Histoire alternative : et si Boudica avait vaincu les Romains ?

La reine guerrière Iceni Boudica est arrivée à une victoire de la fin de la domination romaine en Grande-Bretagne moins de 20 ans après son début. Et si elle avait réussi ? Jonny Wilkes parle à l'historien et archéologue Miles Russell de ce que le triomphe de Watling Street en 60 après JC aurait pu signifier pour la Grande-Bretagne et pour Rome

Ce concours est maintenant terminé

Publié : 3 avril 2020 à 9h00

Chaque mois, BBC History Revealed demande à un expert historique ce qui aurait pu se passer si un moment clé du passé s'était déroulé différemment. Cette fois, Jonny Wilkes demande à Miles Russell et si… Boudica avait vaincu les Romains ?

Il arriva un moment où la reine Iceni Boudica avait de bonnes raisons de croire que son soulèvement se terminerait par une victoire sur les Romains. En commençant par ses guerriers et une alliance avec une tribu rivale, les Trinovantes, sa horde de Britanniques assoiffés de sang n'avait cessé de croître au fur et à mesure que d'autres se joignaient à sa marche à travers le sud de l'Angleterre en 60 après JC d'un succès à l'autre. En plus de tendre une embuscade et d'effacer la 9e Légion romaine, elle avait réduit en cendres Camulodunum (Colchester), Londinium (Londres) et Verulamium (St Albans).

"Les trois villes romaines nouvellement construites n'étaient toutes pas défendues", explique Miles Russell, historien, auteur et maître de conférences en archéologie à l'Université de Bournemouth. "Camulodunum, qui abritait d'anciens soldats romains et était le site d'un temple dédié à l'empereur Claude, était le principal foyer de la colère de Boudica." Londinium, quant à lui, était un riche centre de commerce et Verulamium avait été construit pour la tribu pro-romaine Catuvellauni, décrite par Russell comme « tous traîtres et quislings aux yeux du peuple de Boudica ».

Maintenant, la reine guerrière faisait face à son plus grand défi. Le gouverneur de Grande-Bretagne, Gaius Suetonius Paulinius, était revenu en courant après avoir réprimé une rébellion druidique au Pays de Galles à la tête de 10 000 soldats aguerris. Ils étaient peut-être beaucoup plus disciplinés et mieux armés que l'armée hétéroclite de Boudica, mais ils étaient largement inférieurs en nombre – jusqu'à quatre contre un, selon Russell. Lorsque les deux parties se sont rencontrées à un endroit appelé Watling Street, Boudica a dû éviter de faire le jeu de Suétone. pas hésiter à prendre des décisions difficiles », dit Russell.

Watling Street était l'endroit où l'armée de Boudica a été brisée, mais cela aurait-il pu se dérouler différemment ? Boudica aurait dû veiller à ce que Suétone ne choisisse pas le champ de bataille, où les Romains pourraient se positionner à un goulot d'étranglement afin que son plus grand nombre ne compte pour rien. Ensuite, cela aurait pu trop facilement se transformer en un massacre des Britanniques désorganisés et sans armure.

Plus d'histoire alternative

Briser le goulot d'étranglement

On pourrait imaginer les guerriers de Boudica se précipitant à travers un vaste champ avant que les javelots romains, ou pila, ne causent trop de dégâts et envahissent le mur de bouclier, le brisant par la férocité de la charge. Avec Suétone en retraite et ses soldats restants dispersés, Boudica aurait revendiqué une victoire remarquable sur les Romains.

Cela ne voulait pas dire qu'elle s'était débarrassée de tous ses ennemis, cependant. Le peuple britannique n'était en aucun cas uni, avec des tensions profondément ancrées entre les tribus. « Tous les Britanniques n'étaient pas du côté de Boudica, loin de là. Beaucoup s'étaient rangés du côté du gouvernement romain, ne voyant aucun avantage à se ranger du côté de l'anarchie et de l'anarchie des rebelles », affirme Russell.

Boudica aurait dû faire face à eux, et également garder ses propres tribus Iceni et alliées sous un certain contrôle, car de nombreux guerriers voulaient simplement piller et tuer. « Il est probable que les Britanniques victorieux auraient exprimé leur colère contre les tribus alliées à Rome, telles que les Atrebates et les Regni, avant de finir par se retourner les uns contre les autres », explique Russell. « Boudica aurait eu du mal à arrêter le carnage. »

Il n'y aurait pas eu de force romaine assez forte pour riposter, à part des poignées de soldats à l'ouest et au nord. « Les Romains auraient presque certainement été expulsés de Grande-Bretagne », conclut Russell. "L'empereur Néron n'aurait pas pu faire plus qu'ordonner un retrait complet de toutes les forces de Grande-Bretagne, lui permettant de se regrouper et d'envisager de ré-envahir ou de planifier des représailles punitives."

Les chances d'une seconde invasion auraient été faibles étant donné le coût élevé, de sorte que le prestige de Rome aurait été sérieusement terni. Russell va encore plus loin en ce qui concerne la réputation de Nero, qui était déjà fragile en raison de son comportement et de son mode de vie scandaleux, et affirme que les dommages « auraient été irréparables ». Le règne de Néron a peut-être été encore plus court par des accusations de corruption, d'extravagance et de tyrannie.

La Grande-Bretagne fait une sortie

Les problèmes de Rome avec la Grande-Bretagne, qui étaient dans l'orbite commerciale de l'empire romain depuis environ un siècle, ne seraient pas terminés même après leur départ, affirme Russell. « Il est probable que, comme en Allemagne après le départ de l'armée de Rome en 9 après JC à la suite d'un massacre, les peuples britanniques seraient devenus un problème constant au bord de l'empire, envoyant des raids, faisant parfois du commerce et parfois même demandant de l'aide pour résoudre litiges internes.

"Rome a peut-être envoyé des troupes à travers la Manche de temps en temps pour réprimer l'irritant, mais il est peu probable qu'elles aient lancé une autre invasion à grande échelle", ajoute Russell. « Finalement, les tribus britanniques pourraient bien avoir migré dans l'empire romain en train de s'effondrer, tout comme les diverses tribus germaniques l'ont fait tout au long du Ve siècle. »

Quant à Boudica, comment son héritage aurait-il survécu au fil des siècles ? Les seules sources relatives au soulèvement sont écrites par deux historiens romains - Tacite et Cassius Dio - il n'est donc pas déraisonnable de supposer qu'elle a peut-être été complètement exclue de l'histoire par honte qu'un barbare - une femme en plus - ait vaincu le puissance de Rome. Russell, cependant, se sent différemment – ​​après tout, Tacite et Dio avaient fait de Suétone le héros de leurs récits en contraste direct avec l'inefficace Néron.

« Si Boudica avait gagné, son histoire serait peut-être devenue plus célèbre », dit Russell, « en tant que femme qui a défié avec succès Rome et aidé à mettre fin au règne du tyran Néron. Son récit aurait pris une tournure plus moraliste dans les histoires romaines.

Que s'est-il vraiment passé

L'empereur Claudius a lancé la conquête de la Grande-Bretagne en 43 après JC. La tactique romaine de soumettre chaque tribu, sinon par la force militaire, consistait à forcer un accord par lequel elles maintenaient nominalement leur indépendance tout en s'alliant avec les conquérants.

La tribu Iceni, dans l'Est-Anglie moderne, est devenue l'un de ces «royaumes clients», mais à la mort de leur roi Prasutagus, les Romains ont refusé de reconnaître le règne de sa veuve, Boudica, et ont choisi de gouverner directement les Iceni.

En 60 après JC, Boudica a dirigé un certain nombre de tribus dans un soulèvement - détruisant trois villes et tendant une embuscade à la 9e légion romaine. La reine Iceni a finalement été vaincue par 10 000 soldats sous Gaius Suetonius Paulinus, gouverneur de Grande-Bretagne, lors de la bataille de Watling Street.

Les Romains se sont assurés d'améliorer les défenses afin de ne jamais faire face à une telle menace en Grande-Bretagne au cours des 350 prochaines années.

Alors que Boudica a échappé au véritable massacre de Watling Street, les histoires diffèrent sur son destin ultime. Tacite prétend qu'elle s'est empoisonnée pour éviter d'être capturée et Cassius Dio prétend qu'elle a échappé aux Romains assez longtemps pour mourir de maladie.

Miles Russell est historien, archéologue et maître de conférences en archéologie préhistorique et romaine à l'Université de Bournemouth. Il parlait à l'écrivain indépendant Jonny Wilkes


Contenu

Boudica est connue sous plusieurs versions de son nom. Au XVIe siècle, Raphael Holinshed l'appelait Voadicia, tandis qu'Edmund Spenser l'appelait Bunduca, dont une variante a été utilisée dans la pièce populaire jacobéenne Bonduca de 1612. [11] Au XVIIIe siècle, le poème de William Cowper Boadicea, une ode (1782) a popularisé une version alternative du nom. [12]

Son nom était orthographié Boudicca dans les manuscrits les plus complets de Tacite, qui, grâce à une enquête sur la langue des Celtes, s'est également avéré être mal orthographié avec l'ajout du deuxième «c». [13] La faute d'orthographe de Tacite a été copiée et d'autres déviations de son nom ont commencé à apparaître. Avec le deuxième «c» devenant un «e», à la place du «u» est apparu un «a», c'est de là que l'orthographe médiévale (et la plus courante) «Boadicea» est dérivée. [13]

Dans l'incarnation plus tardive, et probablement secondaire, de Cassius Dio en grec, elle était Βουδουικα , Βουνδουικα , et Βοδουικα . [ citation requise ]

Kenneth Jackson conclut, sur la base du développement ultérieur en gallois (Buddug) et irlandais (Buaidheach), que le nom dérive de l'adjectif féminin proto-celtique *boudīkā « victorieux », qui à son tour est dérivé du mot celtique *bouda « victoire » (cf. irlandais bua (Irlandais classique buadh) 'victoire', gaélique écossais buaidheach « efficace victorieux », gallois bourgeon, buddugol 'victorieux', buddugoliaeth « victoire »), et que l'orthographe correcte du nom en commun Brittonic (la langue celtique britannique) est Boudica, prononcé [bɒʊˈdiːkaː] . La version gauloise est attestée dans les inscriptions comme Boudiga à Bordeaux, Boudica en Lusitanie, et Bodicca en Algérie. [14] [15]

L'équivalent anglais le plus proche de la voyelle dans la première syllabe est le ow dans "arc et flèche". [16] John Rhys a suggéré que le nom latin le plus comparable, dans le sens seulement, serait "Victorina". [17] Alternativement, Graham Webster prétend que le nom peut être directement traduit par "Victoria". [18]

Sources historiques Modifier

Il existe deux sources principales de la période classique qui ont rapporté spécifiquement Boudica, à savoir Tacite et Cassius Dio. [19] La mention de Boudica par Tacite n'apparaît que dans deux de ses nombreux ouvrages : til Annales, vers 115-117 après JC et le Agricola, ch. 98 après JC. [20] Les deux ont été publiés de nombreuses années après la révolte de Boudica, mais Tacite avait un témoin oculaire à sa disposition pour le récit de certains des événements que son beau-père Gnaeus Julius Agricola a servi en Grande-Bretagne à trois reprises en tant que tribun militaire sous Suetonius Paulinus c'est pendant l'absence de Suétone que Tacite dit que les Britanniques ont commencé à se rassembler sous Boudica. [21] Le récit de Cassius Dio, publié plus d'un siècle après la mort de Boudica, n'est connu que par un résumé, écrit par John Xiphilinus. Dio fournit une quantité considérable d'informations non trouvées dans les travaux de Tacite, suggérant que les sources qu'il a utilisées ont été perdues il y a longtemps. [22]

Il est généralement admis que Dio a basé son récit sur celui de Tacite, mais simplifie la séquence des événements. [23] Les abus subis par Boudica et ses filles aux mains des Romains ne sont pas mentionnés dans le récit de Dio, mais il cite plutôt trois causes différentes de la rébellion : le rappel des prêts accordés aux Britanniques par la confiscation de Seneca Decianus Catus d'argent autrefois prêté aux Bretons par l'empereur Claude et les propres instances de Boudica. [24] [25]

Tacite dépeint Boudica comme une victime de l'esclavage et du libertinage romains, son combat contre les deux faisant d'elle une championne de la liberté barbare et britannique. [26] C'est aussi pour cette raison que le récit de Tacite dépeint Boudica comme la norme de bravoure en tant que femme libre, plutôt que juste une reine, lui épargnant les connotations négatives associées à la reine dans le monde antique. [26]

Les deux Tacite (Tac. Annales. 14.35) et Dio (Dio Cass. 62.3-6) incorporent des discours fictifs de Boudica dans leur travail. [19] Ces types de discours d'avant-bataille ont été inventés par les historiens de l'Antiquité pour susciter des considérations dramatiques et rhétoriques chez le lecteur. [24] Boudica, n'étant ni grecque ni latine elle-même, ne se serait pas adressée à son peuple dans l'une ou l'autre langue et il est peu probable que Tacite ou Dio auraient pu raconter avec précision aucun de ses discours. [24] Ces discours, bien qu'imaginaires, dépeignent une image de patriotisme qui a jeté les bases pour que la légende de Boudica perdure en tant que premier véritable champion du peuple britannique. [27]

Modifier l'arrière-plan

Cassius Dio la décrit comme très grande et d'apparence terrifiante, elle avait des cheveux fauves tombant sous sa taille, une voix dure et un regard perçant. [28] Il écrit qu'elle portait habituellement un grand collier d'or (peut-être un torc), une tunique colorée et un manteau épais attaché par une broche. [29] [30]

Boudica était l'épouse du roi Prasutagus, souverain des Iceni, un peuple qui habitait ce qui est aujourd'hui le Norfolk moderne. [31] Lorsque la conquête romaine du sud de la Grande-Bretagne a commencé en 43 après JC sous l'empereur Claudius, Prasutagus a allié son peuple avec les Romains. [32] Les Iceni étaient fiers de leur indépendance et s'étaient révoltés en 47 après J. Ostorius les a vaincus et a continué à réprimer d'autres soulèvements autour de la Grande-Bretagne. [33] Les Iceni sont restés indépendants sous Prasutagus, suggérant qu'ils n'ont pas été absorbés dans l'Empire romain après la première révolte. [34] On ne sait pas s'il n'est devenu roi qu'après la défaite d'Ostorius contre les Iceni, mais son statut de roi ami suggère qu'il était un souverain pro-romain, soutenant l'invasion de l'an 43 et aidant les Romains pendant les révoltes de l'an 47. à 48. [35] D'autres preuves de l'alliance de Prasutagus avec les Romains peuvent être trouvées dans son testament. À sa mort en l'an 60/61 après JC, il légua la moitié de sa fortune à ses deux filles et l'autre moitié à l'empereur romain Néron. [28] Tacite ne date pas le début du règne de Prasutagus et l'a d'abord mentionné, comme un roi régnant longtemps qui était mort, quand il a écrit sur la rébellion de Boudica. [36]

Tacite mentionne des raisons de longue date pour lesquelles les Trinovantes (une tribu de personnes de ce qui est maintenant l'Essex moderne) haïssent Rome et s'associent aux Iceni : « C'était contre les vétérans que leur haine était la plus intense. Pour ces nouveaux colons de la colonie de Camulodunum chassa les gens de leurs maisons, les expulsa de leurs fermes, les appela captifs et esclaves. » [37]

La cause immédiate de la rébellion était les mauvais traitements infligés par les Romains. Tacite a écrit,

"Le roi d'Icenie Prasutagus, célèbre pour sa longue prospérité, avait nommé l'empereur son héritier, ainsi que ses deux filles, un acte de déférence qui, selon lui, mettrait son royaume et sa maison à l'abri du risque de blessure. Le résultat était contraire - tellement de sorte que son royaume a été pillé par des centurions, sa maison par des esclaves comme s'il s'agissait de prises de guerre." Il a ajouté que Boudica a été fouettée, ses deux filles ont été violées et que les biens des principaux hommes d'Iceni ont été confisqués. [37]

"Une excuse pour la guerre a été trouvée dans la confiscation des sommes d'argent que Claudius avait données aux premiers Britanniques pour ces sommes, comme Decianus Catus, le procureur de l'île le soutenait, devaient être remboursés." Il a également dit qu'une autre raison était "le fait que Sénèque, dans l'espoir de recevoir un bon taux d'intérêt, avait prêté aux insulaires 40 000 000 sesterces dont ils ne voulaient pas, et avait ensuite appelé ce prêt d'un seul coup et avait eu recours à des mesures sévères pour l'exiger. [38]

Le discours apocryphe de Dio de Boudica comprend une adresse aux Trinovantes. Elle leur a souligné à quel point leur vie était meilleure avant l'occupation romaine, leur insistant sur le fait que la richesse ne peut pas être appréciée sous l'esclavage, et se blâme de ne pas avoir expulsé les Romains comme ils l'avaient fait lorsque Jules César est venu auparavant pour leur terre. [27] La ​​volonté des barbares de sacrifier une meilleure qualité de vie sous les Romains, en échange de leur liberté et liberté personnelle, est une interprétation importante de ce que Dio considérait comme la motivation des rébellions. [27]

Soulèvement Modifier

Actions initiales Modifier

En 60 ou 61 après JC, l'actuel gouverneur et plus haut administrateur romain de la province, Gaius Suetonius Paulinus, menait une campagne contre l'île de Mona (Anglesey moderne) au Pays de Galles, où il avait déjà participé à des campagnes antérieures bien avant celle-ci. [21] Mona a été conquise par l'armée romaine, qui a alors entendu les nouvelles du soulèvement de Boudica et a dû marcher à nouveau rapidement vers l'est. Sous la direction de Boudica, les Iceni et les Trinovantes comprenaient une armée de 120 000 hommes pour combattre leur ennemi commun dans les Romains. [39] Dio prétend qu'avant les révoltes initiales, Boudica a fait appel à la déesse britannique de la victoire, Andraste, pour les aider dans la bataille. [40]

La première cible des rebelles était Camulodunum (Colchester moderne), un Romain colonie pour les soldats à la retraite. [41] La raison de la colonie était double : introduire les indigènes au style de vie et au gouvernement romains et protéger la terre des tribus révoltées. [39] Un temple romain a été érigé au déifié Claudius, qui couplé avec le traitement brutal des indigènes par les vétérans, a fait de Camulodunum une cible idéale. [42] Une fois la révolte en cours, les seules troupes disponibles pour apporter de l'aide (à part les quelques-unes au sein de la colonie) étaient deux cents auxiliaires situés à Londres qui n'étaient pas équipés pour réprimer les troupes de Boudica, et la colonie de Camulodunum a été capturée. [43] Ceux qui ont survécu à l'attaque initiale ont réussi à tenir le temple de Claude pendant deux jours avant de mourir. [44] Une statue de bronze à l'empereur Néron, qui se tenait probablement devant le temple, a été décapitée et sa tête prise comme trophée par l'armée de Boudica. [45] Le futur gouverneur Quintus Petillius Cerialis, alors commandant de la Legio IX Hispana, a tenté de soulager la ville, mais a subi une défaite écrasante. [46] Les fantassins avec lui ont tous été tués – seuls le commandant et une partie de sa cavalerie se sont échappés. Après cette défaite, Catus Decianus s'enfuit en Gaule. [46]

Lorsque la nouvelle de la rébellion parvint à Suétone, il se dépêcha le long de Watling Street à travers un territoire hostile jusqu'à Londinium. Suétone envisagea d'y livrer bataille, mais compte tenu de son manque de nombre et châtié par la défaite de Petillius, décida de sacrifier la ville pour sauver la province. [47] Les riches citoyens et commerçants s'étaient enfuis après la nouvelle de la défection de Catus Decianus en Gaule, et le reste des habitants avait été abandonné à son sort. [48]

Londinium a été abandonné aux rebelles, qui l'ont brûlé, torturant et tuant tous ceux qui n'avaient pas évacué avec Suétone. Les municipe de Verulamium (aujourd'hui St Albans) a ensuite été détruit, bien que l'étendue complète de sa destruction ne soit pas claire. [49]

Dans les trois colonies détruites, entre soixante-dix et quatre-vingt mille personnes auraient été tuées. Tacite dit que les Britanniques n'avaient aucun intérêt à prendre ou à vendre des prisonniers, seulement à les massacrer par gibet, feu ou croix. [50] Le récit de Dio donne plus de détails sur le fait que les femmes les plus nobles étaient empalées sur des pointes et avaient les seins coupés et cousus à la bouche, "pour accompagner les sacrifices, les banquets et les comportements libertins" dans des lieux sacrés, en particulier les bosquets d'Andrasté . [51]

Rallye des Romains Modifier

Tandis que l'armée de Boudica poursuivait son assaut à Verulamium (St. Albans), Suétone regroupait ses forces. Selon Tacite, il a amassé une force comprenant sa propre Legio XIV Gémina, certains vexillations (détachements) du XX Valérie Victrix, et tous les auxiliaires disponibles. [52] Le préfet de Legio II Augusta, Poenius Postumus, ignora l'appel, [53] et une quatrième légion, IX Hispane, avait été mis en déroute en essayant de soulager Camulodunum, [54] mais néanmoins le gouverneur commandait maintenant une armée de près de dix mille hommes.

Suétone a pris position à un endroit non identifié, probablement quelque part le long de la voie romaine maintenant connue sous le nom de rue Watling, dans un défilé avec un bois derrière lui – mais ses hommes étaient largement inférieurs en nombre. Selon Dio, les rebelles étaient au nombre de 230 à 300 000. L'armée de Boudica fut écrasée et selon Tacite ni les femmes ni les animaux ne furent épargnés. [55]

L'abattage romain de femmes et d'animaux était inhabituel, car ils auraient pu être vendus à des fins lucratives et témoignaient de l'inimitié mutuelle entre les deux parties. [56] Selon Tacite dans son Annales, Boudica s'est empoisonnée, bien que dans le Agricola écrit près de vingt ans avant la Annales il ne mentionne rien de suicide et attribue la fin de la révolte à socordie ("indolence") Dio dit qu'elle est tombée malade et est décédée, puis a reçu un enterrement somptueux.

Catus Decianus, qui s'était enfui en Gaule, fut remplacé par Gaius Julius Alpinus Classicianus. Suétone a mené des opérations punitives, mais les critiques de Classicianus ont conduit à une enquête dirigée par l'affranchi de Néron Polyclitus. [57] Craignant que les actions de Suétone ne provoquent une rébellion supplémentaire, Néron a remplacé le gouverneur par le plus conciliant Publius Petronius Turpilianus. [58] L'historien Gaius Suetonius Tranquillus nous dit que la crise avait presque persuadé Néron d'abandonner la Grande-Bretagne. [59] Aucun document historique ne raconte ce qui était arrivé aux deux filles de Boudica.

Lieu de sa défaite Modifier

Le lieu de la défaite de Boudica est inconnu. [60] Certains historiens préfèrent un site quelque part le long de la voie romaine maintenant connue sous le nom de Watling Street. [61] Kevin K. Carroll suggère un site proche de High Cross, Leicestershire, à la jonction de Watling Street et de la Fosse Way, qui aurait permis à la Legio II Augusta, basée à Exeter, de rencontrer le reste des forces de Suétone, s'ils n'avaient pas manqué de le faire. [62] Manduessedum (Mancetter), près de la ville moderne d'Atherstone dans le Warwickshire, a également été suggéré, [63] et selon la légende "Le Rempart" près de Messing, Essex et Ambresbury Banks dans la forêt d'Epping. [64] Plus récemment, une découverte d'artefacts romains à Kings Norton près de Metchley Camp a suggéré une autre possibilité. [65] Un individu a suggéré la région de Cuttle Mill de Paulerspury dans le Northamptonshire, [66] où des fragments de poterie romaine du 1er siècle ont été trouvés. [67]

En 2009, il a été suggéré que les Iceni retournaient à East Anglia le long de la voie Icknield lorsqu'ils ont rencontré l'armée romaine à proximité d'Arbury Banks, Hertfordshire. [68] En mars 2010, des preuves ont été publiées suggérant que le site pourrait être situé à Church Stowe, dans le Northamptonshire. [69]

L'une des premières mentions possibles de Boudica (à l'exclusion des comptes de Tacite et de Dio) était l'œuvre du 6ème siècle Sur la ruine et la conquête de la Bretagne par le moine britannique Gildas. Dans ce document, il démontre sa connaissance d'une femme dirigeante qu'il décrit comme une « lionne traîtresse » qui « a massacré les gouverneurs qui avaient été laissés pour donner plus de voix et de force aux efforts de la domination romaine ». Il est probable que Gildas fasse référence à Boudica dans cette déclaration. [6] Polydore Vergil l'a peut-être réintroduite dans l'histoire britannique sous le nom de "Voadicea" en 1534. [70] Raphael Holinshed a également inclus son histoire dans son Chroniques (1577) basé sur Tacite et Dio. [71]

XVIe-XVIIIe siècles Modifier

Sous le règne d'Elizabeth I, Boudica a commencé à être considérée comme une figure importante de l'histoire britannique. [72] Pendant le règne de Reine Elizabeth I, les travaux de Tacite ont été redécouverts et donc l'intérêt pour Boudica et sa rébellion a été déclenché. Il a été dit que l'ère élisabéthaine était une période où sa popularité pouvait s'épanouir car Elizabeth, en 1588, devait défendre la Grande-Bretagne d'une éventuelle invasion de l'Armada espagnole. Boudica avait déjà défendu la Grande-Bretagne, mais contre les Romains. [73] En 1610, les jeunes contemporains de Shakespeare Francis Beaumont et John Fletcher pour écrire une pièce, Bonduca, aurait été inspiré par Holinshed Chroniques. [11] Une version de cette pièce intitulée Bonduca, ou l'héroïne britannique a été mis en musique par Henry Purcell en 1695 l'un des chœurs, Britanniques, frappez chez vous !, est devenu une chanson patriotique populaire aux XVIIIe et XIXe siècles. [74] William Cowper a écrit un poème populaire, "Boadicea, une ode", en 1782. [12]

19e-20e siècle Modifier

Grande-Bretagne Modifier

C'est à l'époque victorienne que la renommée de Boudica a pris des proportions légendaires alors que la reine Victoria est devenue l'homonyme de Boudica, leurs noms ayant une signification identique. Le poète lauréat de Victoria, Alfred, Lord Tennyson, a écrit un poème, "Boadicea", et plusieurs navires ont été nommés d'après elle. [75] Boadicea et ses filles, une statue de la reine dans son char de guerre (anachroniquement meublée de faux à la mode persane) a été exécutée par Thomas Thornycroft dans les années 1850 et 1860 avec les encouragements du prince Albert, qui a prêté ses chevaux pour servir de modèles. [76] Thornycroft a exposé la tête séparément en 1864. Elle a été coulée en bronze en 1902, 17 ans après la mort de Thornycroft, par son fils Sir John, qui l'a présentée au London County Council. Ils l'ont érigé sur un socle sur le Victoria Embankment à côté du pont de Westminster et des Chambres du Parlement, inscrit avec les lignes suivantes du poème de Cowper :

Régions que César n'a jamais connues
Ta postérité oscillera.

Une statue d'elle monte maintenant la garde sur la ville qu'elle a rasée. [14] [77] La ​​région de King's Cross, Londres était auparavant un village connu sous le nom de Battle Bridge qui était une ancienne traversée de la Flotte. Le nom original du pont était Broad Ford Bridge. Le nom « Battle Bridge » a conduit à une tradition selon laquelle ce fut le site d'une bataille majeure entre les Romains et la tribu Iceni dirigée par Boudica. [78] La tradition n'est soutenue par aucune preuve historique et est rejetée par les historiens modernes. Cependant, le livre de Lewis Spence de 1937 Boadicea - reine guerrière des Britanniques est allé jusqu'à inclure une carte indiquant les positions des armées adverses. On pense qu'elle a été enterrée entre les quais 9 et 10 de la gare de King's Cross à Londres, en Angleterre. Il n'y a aucune preuve de cela et il s'agit probablement d'une invention d'après la Seconde Guerre mondiale. [79] À l'hôtel de ville de Colchester, une statue grandeur nature de Boudica se dresse sur la façade sud, sculptée par L J Watts en 1902, une autre représentation d'elle se trouve dans un vitrail de Clayton et Bell dans la salle du conseil. [80]

Boudica a été adopté par les suffragettes comme l'un des symboles de la campagne pour le suffrage des femmes. En 1908, une « bannière de Boadicea » a été portée dans plusieurs marches de l'Union nationale des sociétés de suffrage féminin. Elle apparaît comme personnage dans Un concours de grandes femmes écrit par Cicely Hamilton, qui a ouvert ses portes au Scala Theatre, à Londres, en novembre 1909 avant une tournée nationale, et elle a été décrite dans une brochure de 1909 comme "l'éternel féminin. le gardien du foyer, le vengeur de ses torts sur le défibreur et le spoliateur". [81]

Pays de Galles Modifier

Buddug n'a pas encore été identifiée de manière concluante dans le canon de la littérature galloise médiévale et elle n'est pas apparente dans le Historia Brittonum, les Mabinogion ou Geoffroy de Monmouth's Histoire des rois de Bretagne.

Boudica (Buddug) a également été choisie par le public gallois comme l'une des onze statues de personnages historiques à inclure dans la salle de marbre de l'hôtel de ville de Cardiff. La statue a été dévoilée par David Lloyd George le 27 octobre 1916. Contrairement à la statue du char de Londres, elle la montre comme une figure plus maternelle sans apparat guerrier. La popularité de Buddug aux côtés d'autres héros gallois tels que Saint David et Owain Glyndŵr a surpris beaucoup - des statues, Buddug est la plus ancienne, la seule femme et le seul antécédent extérieur à la nation galloise moderne. [82]

21e siècle Modifier

Des expositions permanentes décrivant la révolte de Boudican se trouvent au Museum of London, au Colchester Castle Museum et au Verulamium Museum. [83] Au Norwich Castle Museum, une galerie dédiée comprend une reproduction d'un char d'Iceni. [84] Un sentier de longue distance de 36 milles (58 km) appelé Boudica's Way traverse la campagne entre Norwich et Diss à Norfolk. [85]


Boudica

La Grande-Bretagne a produit de nombreux guerriers nobles et féroces à travers les âges qui se sont battus pour garder la Grande-Bretagne libre, mais il y avait une femme formidable dans l'histoire dont le nom ne sera jamais oublié – Reine Boudica ou Boadicea comme on l'appelle plus communément.

Au moment de la conquête romaine du sud de la Grande-Bretagne, la reine Boudica régnait sur la tribu Iceni d'East Anglia aux côtés de son mari, le roi Prasutagus.

Boudica était une femme à l'allure saisissante. – “Elle était très grande, le regard de son œil le plus féroce sa voix dure. Une grande masse des cheveux les plus roux tomba sur ses hanches. Son apparence était terrifiante.

Les ennuis ont commencé lorsque Prasutagus, dans l'espoir de gagner la faveur des Romains, a fait de l'empereur romain Néron le cohéritier avec ses filles de son royaume et de sa richesse considérables. Il espérait par ce stratagème, garder son royaume et sa maison à l'abri des attaques.

Mais non! Malheureusement, le gouverneur romain de la Grande-Bretagne à cette époque était Suetonius Paulinus qui avait d'autres idées sur le sujet des terres et de la propriété. Après la mort de Prasutagus, ses terres et sa maison ont été pillées par les officiers romains et leurs esclaves.

Non content de prendre tous les biens et terres, Suétone fit flageller publiquement la veuve de Prasutagus Boudica et ses filles furent violées par des esclaves romains !

D'autres chefs iceni souffraient de la même manière et leurs familles étaient traitées comme des esclaves.

Sans surprise, ces outrages ont provoqué la rébellion des Iceni, des Trinobantes et d'autres tribus contre les Romains.

Les Britanniques ont d'abord connu de grands succès. Ils capturèrent la colonie romaine détestée de Camulodunum (Colchester) et la division romaine y fut mise en déroute, l'agent impérial fuyant vers Gaule.

Boudica et ses alliés ne firent aucun quartier dans leurs victoires et lorsque Londinium (Londres) et Verulamium (St. Albans) furent pris d'assaut, les défenseurs s'enfuirent et les villes furent saccagées et incendiées ! Les Britanniques révoltés ont même profané les cimetières romains, mutilant des statues et brisant des pierres tombales. Certaines de ces statues mutilées peuvent être vues aujourd'hui au Colchester Museum.

Enfin Suétone, qui avait fait un repli tactique (fuit) avec ses troupes dans une relative sécurité de la zone militaire romaine, a décidé de défier Boudica. Il rassembla une armée de 10 000 réguliers et auxiliaires, dont l'épine dorsale était constituée de la 14e Légion.

L'historien romain Tacite dans ses ‘Annals of Rome’ donne un récit très vivant de la bataille finale, qui s'est déroulée dans les Midlands d'Angleterre, peut-être à l'endroit appelé Mancetter près de Nuneaton, en 61 après JC.

Boudica et ses filles ont fait le tour de son char vers toutes ses tribus avant la bataille, les exhortant à être courageuses. Elle a pleuré qu'elle descendait d'hommes puissants, mais elle se battait comme une personne ordinaire pour sa liberté perdue, son corps meurtri et ses filles indignées. Peut-être que pour se moquer des hommes dans ses rangs, on dit qu'elle leur a demandé de considérer : "Gagner la bataille ou périr : c'est ce que moi, une femme ferai, vous les hommes pouvez vivre dans l'esclavage si c'est ce que vous veux.’

Les Britanniques attaquent en se pressant sur la ligne défensive romaine. L'ordre a été donné et une volée de plusieurs milliers de javelots romains lourds a été lancée dans les Britanniques qui avançaient, suivie rapidement d'une deuxième volée. Les Britanniques légèrement armés ont dû subir des pertes massives dans les premières minutes de la bataille. Les Romains se sont déplacés pour tuer, attaquant en formation serrée, poignardant avec leurs épées courtes.

Les Britanniques avaient maintenant peu de chance, avec un si grand nombre d'entre eux impliqués dans la bataille, il est probable que leurs rangs massés aient joué contre eux en limitant leurs mouvements, de sorte qu'ils ne pouvaient pas utiliser efficacement leurs longues épées. Pour assurer le succès, la cavalerie romaine a été libérée, ce qui a rapidement encerclé l'ennemi et a commencé son massacre par l'arrière. Apparemment fou de soif de sang, Tacite rapporte que 80 000 hommes, femmes et enfants britanniques ont été tués. Les pertes romaines s'élevaient à 400 morts avec un nombre légèrement plus important de blessés.

Boudica n'a pas été tué dans la bataille mais a pris du poison plutôt que d'être pris vivant par les Romains.

Boudica s'est assuré une place particulière dans l'histoire folklorique britannique, dont on se souvient pour son courage, la reine guerrière qui a combattu la puissance de Rome. Et d'une certaine manière, elle s'est vengée, comme en 1902, une statue en bronze d'elle montant haut dans son char, conçue par Thomas Thorneycroft, a été placé sur le remblai de la Tamise à côté des Chambres du Parlement dans l'ancienne capitale romaine de la Grande-Bretagne, Londinium – Le nec plus ultra en Pouvoir des filles!


Boudica : reine de guerre celtique qui défia Rome

Elle a massacré une armée romaine. Elle a incendié Londinium, laissant une couche carbonisée de près d'un demi-mètre d'épaisseur qui peut encore être tracée sous le Londres moderne. Selon l'historien romain Cornelius Tacitus, son armée a tué jusqu'à 70 000 civils à Londinium, Verulamium et Camulodunum, se précipitant pour égorger, pendre, brûler et crucifier. Qui était-elle? Pourquoi était-elle si en colère ?

La majeure partie de la vie de Boudica est entourée de mystère. Elle est née vers 25 ap. tribu. Ils eurent deux filles, probablement nées au cours des quelques années qui suivirent immédiatement la conquête romaine en 43 après J. Même la couleur de ses cheveux est mystérieuse. Un autre historien romain, Cassius Dio — qui a écrit longtemps après sa mort — l'a décrit avec un mot que les traducteurs ont rendu comme étant juste, fauve et même rouge flamboyant, bien que Dio ait probablement voulu que son public l'imagine comme blonde dorée avec peut-être une teinte rougeâtre. Son nom signifiait la victoire.

Les gens de Boudica ont autrefois accueilli les Romains. Près de 100 ans plus tôt, lorsque Gaius Julius Caesar fit la première incursion romaine en Britannia en 55 et 54 avant JC, les Iceni faisaient partie des six tribus qui lui offraient leur allégeance. Mais ce plus grand de tous les généraux romains était incapable de faire face à la puissance des marées côtières ou aux tactiques de guérilla des autres Britanniques qui l'ont combattu. Après avoir négocié une reddition pro forma et le paiement d'un tribut, César partit.

Au cours des 97 années suivantes, aucune force militaire romaine ne mit le pied sur le sol britannique. Les Iceni ont vu leurs voisins du sud, les Catuvellauni, s'enrichir en exportant des céréales, du bétail et des peaux, du fer et des métaux précieux, des esclaves et des chiens de chasse vers Rome. De Rome, ils importaient des produits de luxe tels que du vin et de l'huile d'olive, de la poterie italienne raffinée et des gobelets en argent et en bronze, et ils frappaient un grand nombre de pièces d'or dans leur capitale, Camulodunum.

Un siècle d'empereurs romains se sont succédé. Puis, en 41 Claudius (Tiberius Claudius Nero Germanicus) est passé à la pourpre impériale. Il y avait de nombreuses raisons pratiques pour lesquelles il aurait pu juger utile d'ajouter Britannia à l'empire, l'une étant que l'île était une source importante de céréales et d'autres fournitures dont l'armée romaine avait besoin en quantité. Les histoires abondaient sur la richesse minérale là-bas. Des éruptions de troubles en Gaule ont été attisées - c'est ce que croyaient les Romains - par des agitateurs druidiques de Britannia.

La raison la plus convaincante pour Claudius, cependant, était politique. Né avec une boiterie et un bégaiement, il avait autrefois été considéré comme un imbécile et tenu à l'écart du public, bien que ces handicaps aient été en grande partie responsables de sa survie au milieu des intrigues et des meurtres qui ont frappé de nombreux membres de sa noble famille. Maintenant, l'empereur avait désespérément besoin d'un élan de prestige du type de celui qui, à Rome, ne pouvait être fourni que par une importante victoire militaire. Ainsi, lorsque le chef d'une tribu britannique mineure s'est présenté à Rome, se plaignant d'avoir été destitué et demandant à l'empereur de rétablir son règne, Claudius a dû penser que c'était l'excuse parfaite pour lancer une invasion.

Boudica aurait eu environ 18 ans en 43, l'année de l'invasion de Claudius, assez âgée pour être au courant des événements qui allaient transformer sa vie. Elle a peut-être déjà été mariée à Prasutagus, mais le roi des Iceni était toujours Antedios, probablement un parent plus âgé de Prasutagus. Antedios semble avoir adopté une position neutre vis-à-vis de Rome. D'autres tribus ont ouvertement soutenu la conquête, mais la plupart, y compris le voisin d'Icenis au sud, ne l'ont pas fait. Caradoc, roi des Catuvellauni (appelé Caractacus par les Romains), et son frère Togodumnus menèrent une alliance de tribus pour repousser les envahisseurs.

Lorsque les troupes romaines ont débarqué à l'extrême sud-est de Britannia, Caractacus et ses alliés les ont harcelés alors qu'ils marchaient à l'intérieur des terres. Ensuite, les Britanniques se retirèrent pour se rassembler en une seule force de l'autre côté de la rivière Medway. Là, les Romains ont remporté une bataille majeure dans laquelle le frère de Caractacus a été tué ou mortellement blessé. À ce stade, l'empereur Claudius lui-même est venu en Britannia pour sceller la conquête avec une victoire à Camulodunum - maintenant connu sous le nom de Colchester - où il a accepté la soumission formelle de 11 dirigeants britanniques, dont Antedios des Iceni.

Boudica et les Iceni s'attendaient peut-être à ce que les Romains partent comme ils l'avaient fait dans le passé. Ils ont vite appris le contraire. Claude a construit un Légionnary à Camulodunum, y stationna des troupes et établit d'autres forteresses dans l'est de la Bretagne. Il nomma le commandant des forces d'invasion, Aulus Plautius, comme premier gouverneur romain de Britannia. Caractacus se retira vers l'ouest, recruta de nouvelles troupes et continua à mener une guérilla contre les Romains.

L'Ostorius Scapula aux poings coupés remplaça Plautius en 47. Caractacus a programmé une série de raids pour coïncider avec le changement de gouverneur, alors Ostorius est arrivé aux nouvelles des combats. Était-ce cet accueil désagréable qui rendait Ostorius si méfiant envers tous les Britanniques, même ceux qui s'étaient rendus ? Ou était-il colérique parce qu'il souffrait déjà de la maladie dont il mourrait cinq ans plus tard ? Pour une raison quelconque, Ostorius a décidé de désarmer les tribus soumises en lesquelles il sentait qu'il ne pouvait pas faire entièrement confiance, y compris les Iceni. Le droit romain établi interdisait aux populations soumises de conserver des armes autres que celles utilisées pour la chasse au gibier, mais cela était contraire à la loi et à la coutume celtiques. Les Iceni se sont rebellés et Ostorius les a vaincus. Antedios peut avoir été tué dans la rébellion. Sinon, il semble probable qu'Ostorius l'a retiré immédiatement après et a installé Prasutagus comme client-roi à sa place. Boudica était désormais la reine des Iceni.

Deux ans plus tard, en 49, Ostorius confisqua des terres dans et autour de Camulodunum pour créer une colonie. C'était une ville pour les retraités Légionnaries, dans lequel chaque vétéran a obtenu une propriété familiale. La ville offrit aux vétérans une retraite sûre et concentra dans la nouvelle province une force de réserve expérimentée, sur laquelle Rome pouvait faire appel en cas d'urgence. En théorie, il était censé fournir un modèle de civilisation romaine auquel les indigènes pourraient aspirer. Malheureusement, le colonie à Camulodunum a causé plus de problèmes qu'il n'en a résolu. Au cours de la décennie suivante, de plus en plus de Britanniques ont été chassés de leurs terres, certains réduits en esclavage par les anciens combattants, d'autres exécutés et leurs têtes exposées sur des pieux.

Les Iceni avaient autrefois évité le commerce avec Rome, tandis que les Catuvellauni s'enrichissaient. Maintenant, les Iceni se sont soumis, tandis que l'ancien roi des Catuvellauni combattait Rome, et son peuple en a subi les conséquences. Ostorius a finalement vaincu Caractacus en 51 et l'a capturé en 52. La même année, Ostorius est mort. Rome l'a remplacé par Didius Gallus, qui n'a provoqué aucune rébellion interne, bien que les tribus occidentales invaincues aient continué à se battre.

L'empereur Claudius fut empoisonné en 54, et Néron (Nero Claudius Drusus Germanicus) lui succéda. Peut-être pour détourner le soupçon qu'il avait été impliqué dans le meurtre de son oncle, Néron a élevé Claude au statut de dieu et lui a ordonné la construction d'un temple à Camulodunum. Désormais, les chefs britanniques seraient obligés non seulement de prier une fois par an à l'autel de l'homme qui avait envahi et occupé leurs terres, mais aussi de financer la construction du temple extravagant et coûteux.

Rome a en outre pressé la patience britannique en appelant au remboursement de l'argent donné ou prêté aux tribus. Il est possible qu'Antedios ait reçu une partie de l'argent que Claudius avait distribué, et son successeur, Prasutagus, devait maintenant le rembourser. Prasutagus avait probablement également reçu un prêt non désiré de Lucius Seneca, philosophe romain et tuteur de Néron, qui avait demandé aux chefs tribaux un total de 40 millions de sesterces, de toute évidence un investissement qu'il espérait apporter un bon retour en intérêts. Maintenant, le procureur, l'agent financier de Rome, responsable de la fiscalité et d'autres questions monétaires en Britannia, a insisté sur le fait que l'argent de Claudius devait être remboursé. Et Sénèque, selon Dio, a eu recours à des mesures sévères pour exiger le remboursement de ses prêts. Ses agents, soutenus par la force, se sont peut-être présentés à la résidence royale et ont exigé l'argent. Boudica n'aurait pas oublié une telle insulte.

Caius Suetonius Paullinus, un homme dans le moule agressif d'Ostorius, devint gouverneur de Grande-Bretagne en 58. Il commença son mandat par une campagne militaire au Pays de Galles. Au printemps 61, il avait atteint sa limite nord-ouest, le bastion des druides sur l'île de Mona. Tacite a décrit les forces auxquelles Suétone était confrontée : L'ennemi bordait le rivage en une masse armée dense. Parmi eux se trouvaient des femmes en robe noire aux cheveux ébouriffés comme des Furies, brandissant des torches. A proximité se tenaient des druides, levant les mains vers le ciel et criant d'horribles malédictions. Pendant un instant, les Romains restèrent paralysés par la peur. Puis, poussés par Suétone et entre eux à ne pas craindre une horde de femmes fanatiques, ils attaquèrent et enveloppèrent les forces adverses dans les flammes de leurs propres torches.

Lorsque la bataille s'est terminée par une victoire romaine, Suétone a mis en garnison l'île et a abattu ses bosquets sacrés - le site redoutable des sacrifices humains, selon Tacite, qui a affirmé qu'il s'agissait d'une pratique religieuse celtique pour tremper leurs autels dans le sang des prisonniers. et consultent leurs dieux au moyen d'entrailles humaines. Au vu du meurtre organisé et routinier des jeux de gladiateurs romains, on peut se demander si un Romain était en position de critiquer. Bien que les Celtes pratiquaient des sacrifices humains, la plupart de leurs sacrifices consistaient en des dépôts symboliques d'objets de valeur tels que des bijoux et des armes dans des puits et des lacs sacrés.

Pour Boudica et son peuple, la nouvelle de la destruction du centre druidique de Mona, le rasage des bosquets sacrés et le massacre des druides ont dû être profondément douloureux. Mais Boudica a subi une perte plus personnelle pendant cette période. Prasutagus des Iceni est mort pendant l'attaque de Mona ou ses conséquences. Il a laissé un testament dont les dispositions n'avaient aucun précédent juridique en droit celtique ou romain. Il a nommé l'empereur romain comme cohéritier avec les deux filles de Prasutagus et Boudica, maintenant adolescentes. Selon la tradition celtique, les chefs servaient du consentement de leur peuple et ne pouvaient donc pas désigner leurs successeurs par testament. Et en vertu du droit romain, la mort d'un client-roi mettait fin à la relation client, faisant de ses biens et de ses domaines la propriété de l'empereur jusqu'à ce que l'empereur mette en fonction un nouveau client-roi. Prasutagus a peut-être été une tentative désespérée de conserver un certain degré d'indépendance pour son peuple et de respect pour sa famille. Si c'était le cas, cela n'a pas réussi.

Après la mort de Prasutagus, le procureur romain, Decianus Catus, est arrivé à la cour d'Iceni avec son personnel et une garde militaire. Il procéda à l'inventaire du domaine. Il considérait cela comme une propriété romaine et envisageait probablement de s'en attribuer une part généreuse, suivant l'habitude de la plupart des procureurs romains. Lorsque Boudica s'y est opposé, il l'a fait fouetter. Ses filles ont été violées.

À ce stade, Boudica a décidé que les Romains avaient régné assez longtemps sur Britannia. La fureur croissante d'autres tribus, comme les Trinovantes au sud, en fit des recrues avides de sa cause. Malgré l'interdiction romaine, ils avaient secrètement stocké des armes, et ils se sont maintenant armés et ont planifié leur assaut. Dio a écrit qu'avant d'attaquer, Boudica s'était livrée à une sorte de divination en libérant un lièvre du pli de sa tunique. Quand il a couru du côté que les Britanniques croyaient de bon augure, ils ont applaudi. Boudica leva la main au ciel et dit : « Je te remercie Andrasté. » Cette démonstration religieuse est la raison pour laquelle certains historiens pensent qu'elle a peut-être reçu une formation druidique.

Boudica a monté un tribunal fait à la romaine en terre, selon Dio, qui l'a décrite comme très grande et d'apparence sinistre, avec un regard perçant et une voix dure. Elle avait une masse de cheveux très clairs qui lui descendaient jusqu'aux hanches, et portait un grand torque d'or et une tunique multicolore repliée autour d'elle, sur laquelle était un épais manteau fermé par une broche. La tunique, la cape et la broche de Boudica étaient des vêtements celtiques typiques de l'époque. Le torque, l'ornement caractéristique du chef guerrier celtique, était une bande de métal, généralement constituée de brins d'or torsadés qui s'emboîtaient étroitement autour du cou, terminés par des boutons décoratifs portés à l'avant de la gorge. De tels couples peuvent avoir symbolisé la volonté d'un guerrier de sacrifier sa vie pour le bien de sa tribu. Si c'est le cas, il est significatif que Boudica en portait un - ils n'étaient normalement pas portés par les femmes.

Tacite, dont le beau-père a servi comme tribun militaire en Grande-Bretagne pendant cette période, a raconté la rébellion en détail. Boudica s'est déplacé d'abord contre Camulodunum. Avant qu'elle n'attaque, les rebelles à l'intérieur du colonie conspiré pour énerver les Romains superstitieux. [Pour] aucune raison visible, écrit Tacite, la statue de la Victoire à Camulodunum est tombée le dos tourné comme si elle fuyait l'ennemi. Des femmes en délire scandaient la destruction à portée de main. Ils ont crié que dans le sénat local des cris étranges avaient été entendus, le théâtre avait résonné avec des cris à l'embouchure de la Tamise, une colonie fantôme avait été vue en ruines. Une couleur rouge sang dans la mer aussi, et des formes comme des cadavres humains laissés par la marée descendante, ont été interprétés avec espoir par les Britanniques et avec terreur par les colons.

Camulodunum a demandé l'aide militaire de Catus Decianus à Londinium, mais il n'a envoyé que 200 hommes insuffisamment armés pour renforcer la petite garnison de la ville. Dans leur excès de confiance, les Romains n'avaient construit aucun mur autour de Camulodunum. En fait, ils avaient nivelé les talus de gazon autour du Légionnary forteresse et construit sur les zones nivelées. Trompés par les saboteurs rebelles, ils n'ont pas pris la peine d'ériger des remparts, de creuser des tranchées ou même d'évacuer les femmes et les vieillards.

L'armée de Boudica envahit la ville et la garnison romaine se retira dans le temple inachevé, qui avait été l'une des principales causes de la rébellion. Après deux jours de combats, il est tombé. Des travaux archéologiques récents montrent à quel point les Britanniques étaient minutieux dans leur destruction. Les bâtiments de Camulodunum avaient été construits à partir d'une charpente de poteaux en bois recouverts d'argile et n'auraient pas pris feu facilement. Mais ils ont été brûlés et brisés d'un bout à l'autre de la ville. Les flammes étaient si chaudes que certains murs d'argile ont été cuits comme dans un four à poterie et sont conservés sous cette forme jusqu'à nos jours.

Le seul Légionnary force immédiatement disponible pour mater la rébellion était un détachement de Légion IX Hispania, sous le commandement de Quintus Petilius Cerialis Caesius Rufus, composé de quelque 2 000 Légionnaries et 500 auxiliaires de cavalerie. Cerialis n'attendit pas pour rassembler une plus grande force, mais partit immédiatement pour Camulodunum. Il n'y est jamais arrivé. Boudica tendit une embuscade et massacra son infanterie. Cerialis s'enfuit avec sa cavalerie et se réfugia dans son camp de Lindum.

Suétone, épongeant l'opération sur Mona, apprit maintenant la révolte et descendit la rivière Dee en avant de son armée. Il atteignit Londinium avant Boudica, mais ce qu'il trouva n'incitait pas à l'optimisme. Comme Camulodunum, Londinium n'était pas muré. Âgé d'environ 15 ans, il avait été construit sur un terrain non aménagé près de la Tamise, au moyen duquel des fournitures et du personnel pouvaient être expédiés vers et depuis Rome. C'était une ville tentaculaire, avec quelques grands bâtiments qui pourraient être utilisés comme positions défensives - une poignée de bureaux gouvernementaux, d'entrepôts et de maisons de riches marchands. Catus Decianus s'était déjà enfui en Gaule. Suétone a décidé de sacrifier Londinium pour sauver la province et a ordonné l'évacuation de la ville. Beaucoup de femmes et de personnes âgées sont restées, ainsi que d'autres qui étaient attachées à l'endroit.

Boudica a tué tous ceux qu'elle a trouvés lorsqu'elle a atteint Londinium. Dio a décrit la sauvagerie de son armée : courir dans le sens de la longueur à travers tout le corps.

Verulamium, l'ancienne capitale de la tribu Catuvellauni située au nord-ouest de Londinium (en dehors de l'actuelle Saint-Albans), a connu un sort similaire.Rome lui avait accordé le statut de municipium, donnant aux habitants de la ville un certain degré d'autonomie et rendant ses magistrats éligibles à la citoyenneté romaine. Boudica a évidemment puni la ville pour son association étroite et volontaire avec Rome.

À ce moment-là, Suétone avait avec lui une armée de près de 10 000 hommes, comprenant Légion XIV et parties de Légion XX, qu'il avait utilisé pour l'attaque de Mona, ainsi que quelques auxiliaires rassemblés dans les stations les plus proches. Il a également envoyé une convocation urgente à Légion II Augusta à Isca Dumnoniorum, l'actuelle Exeter, mais son commandant, Poenius Posthumus, n'a jamais répondu. De toute évidence, il ne voulait pas traverser le territoire hostile des Dumnonii, qui s'étaient rangés du côté de Boudica, et risquerait ainsi de partager le sort des hommes de Cerialis. À la tête de sa force convoquée à la hâte, Suétone a marché pour affronter Boudica.

On ne sait pas exactement où ils se sont rencontrés, mais les suppositions les plus plausibles - basées sur la description de Tacite - du terrain favorable où Suétone a positionné ses forces - incluent Mancetter dans le Warwickshire ou le long de Old Roman Watling Street (maintenant A5) près de Towcaster . Selon Tacite : [Suétone] choisit une position dans un défilé avec un bois derrière lui. Il ne pouvait y avoir d'ennemi, il le savait, sauf sur son front, où il y avait un terrain découvert sans couverture pour les embuscades. Suétone rangea ses troupes régulières en ordre serré, avec les auxiliaires légers sur leurs flancs, et la cavalerie massée sur les ailes. Dio a écrit que les troupes de Boudica comptaient environ 230 000 hommes. Si nous pouvons le croire, l'armée de Boudica aurait été plus de 20 fois la taille de Suétone. Quels que soient les chiffres réels, il est clair que ses forces étaient largement plus nombreuses que les siennes. Mais les armes et l'entraînement des Britanniques ne pouvaient pas se comparer aux armes et aux techniques de combat hautement évoluées des Romains. Légionns.

Les forces des Britanniques, écrivait Tacite, caracolaient au loin dans des bandes d'infanterie et de cavalerie, leur nombre sans précédent et si confiant qu'ils emmenaient leurs femmes avec eux et les plaçaient dans des chariots alignés autour du bord du champ de bataille pour témoin de leur victoire. Boudica montait dans un char avec ses filles devant elle, et alors qu'elle approchait de chaque tribu, elle déclara que les Britanniques étaient habitués à s'engager dans la guerre sous la direction de femmes. L'image de Boudica chevauchant le champ de bataille pour encourager ses guerriers sonne vrai, mais il est peu probable qu'un Romain ait compris ce qu'elle a dit. Elle aurait parlé en langue celtique et n'avait pas eu besoin d'informer ses troupes de leurs propres coutumes. Tacite met ces mots dans sa bouche comme un moyen d'éduquer ses lecteurs romains sur une pratique qui doit les avoir frappés comme exotique et étrange.

Le discours que Tacite rapporte que Suétone a donné peut être un reflet plus proche de ce qu'il a dit, faisant appel à son Légionns pour ignorer la clameur et les menaces vides des indigènes. Il leur dit : Il y avait plus de femmes visibles dans leurs rangs que de combattants, et eux, peu belliqueux et mal armés, mis en déroute tant d'occasions, céderaient aussitôt en reconnaissant l'acier et le courage de ceux qui les avaient toujours conquis. Même quand beaucoup Légionns étaient impliqués, ce sont quelques hommes qui décident réellement des batailles. Il serait à leur honneur que leur petit nombre ait gagné la gloire de toute une armée.

LégionLes soldats et les auxiliaires attendirent à l'abri de la vallée étroite jusqu'à ce que les troupes de Boudica arrivent à portée. Puis ils lancèrent leurs javelots sur les Britanniques et coururent en avant en formation de coin, soutenus par la cavalerie avec leurs lances. Les fantassins romains se protégeaient avec leurs boucliers spacieux et utilisaient leurs épées courtes pour frapper à bout portant, enfonçant les pointes dans le ventre des Britanniques, puis en traversant les morts pour atteindre le rang suivant. Les Britanniques, qui se battaient avec de longues épées conçues pour trancher plutôt que poignarder, avaient besoin d'espace pour balancer leurs lames et ne pouvaient pas se battre efficacement à si courte distance. De plus, les chars légers qui leur donnaient un avantage lors des combats dans une large plaine étaient également inefficaces, les Romains émergeant d'une vallée étroite et protégée qui empêchait les chars d'atteindre leurs flancs.

Le résultat fut une victoire romaine écrasante. Les Britanniques qui ont survécu ont couru, mais le cercle des chariots des femmes leur a bloqué le chemin, provoquant confusion et retard. Les Romains ne se sont pas abstenus de massacrer même les femmes, tandis que les animaux des bagages aussi, transpercés d'armes, s'ajoutaient aux tas de corps, a rapporté Tacite, citant des chiffres de 80 000 victimes britanniques et 400 morts romains et un nombre légèrement plus important de blessés.

Selon Tacite, il y a eu au moins deux victimes notables dans le sillage immédiat de la bataille. En apprenant la victoire, Poenius Posthumus se sentit tellement déshonoré par l'échec de son Légion II s'être battu pour rejoindre Suétone en pleine force qu'il se suicida en tombant sur sa propre épée. Boudica, a noté Tacite, a mis fin à ses jours avec du poison.

La rébellion était effectivement terminée, mais son succès initial avait choqué Rome. Les pertes romaines globales sont suggérées par le nombre de troupes que Néron a envoyées d'Allemagne en renfort, selon Tacite un total de 7 000, composé de deux mille troupes régulières, ce qui a porté la neuvième division à pleine puissance, également huit bataillons d'infanterie auxiliaires et mille cavalerie. Les civils morts à Camulodunum, Londinium et Verulamium - environ 70 000 si le chiffre de Tacite est exact - auraient multiplié le bilan. Les troubles britanniques semblent s'être poursuivis même après la bataille décisive. Dio a écrit que les Britanniques se regroupaient et se préparaient à se battre à nouveau au moment de la mort de Boudica.

Lorsque les renforts romains sont arrivés, Suétone les a postés dans de nouveaux quartiers d'hiver. Tacite a écrit que, plutôt que de se tourner vers la diplomatie, Suétone a ravagé par le feu et l'épée ceux qu'il croyait encore hostiles ou hésitants. Sa politique punitive, calculée pour écraser les Britanniques plutôt que pour les réconcilier avec la domination romaine, était conforme à la politique qui avait provoqué la rébellion.

En plus de cela, une famine a éclaté. Selon Tacite, les Britanniques s'étaient attendus à attaquer les magasins de céréales romains et avaient donc rassemblé tous les hommes disponibles dans l'armée et négligé de semer une récolte. Il est difficile de croire qu'une société agricole, qui à la fois dépendait du grain pour sa propre subsistance et le produisait comme une exportation majeure, négligerait de semer une récolte d'une année entière. Mais s'ils avaient planté, une grande partie de la récolte a probablement été détruite lors de la campagne de vengeance de Suétone.

Pour remplacer Catus Decianus, Rome envoya un nouveau procureur, Julius Classicianus. Tacite désapprouva chaleureusement Classicianus, affirmant qu'il en voulait à Suétone et laissait son animosité personnelle faire obstacle à l'intérêt national. Classicianus était un Celte de la province romaine de Gaule, et il semble avoir fait beaucoup pour calmer les Britanniques en colère. Il leur a dit qu'il serait bon d'attendre un nouveau gouverneur qui traiterait avec douceur ceux qui se rendraient. Puis il rapporta à Rome qu'ils ne devaient s'attendre à aucune fin des hostilités à moins qu'un remplaçant ne soit trouvé pour Suétone.

Néron a envoyé un de ses administrateurs, un esclave affranchi nommé Polyclitus, pour enquêter sur la situation. De toute évidence, Polyclitus a soutenu le rapport Classicianus’. Peu de temps après, lorsque Suétone a perdu des navires et leurs équipages lors d'un raid britannique, il a été rappelé. Le nouveau gouverneur, Petronius Turpilianus, a mis fin aux expéditions punitives, suivant plutôt une politique de ne pas provoquer l'ennemi ni être provoqué par eux. Tacite se moqua de son inactivité paresseuse, mais il apporta la paix en Grande-Bretagne.

De Boudica, a écrit Dio, les Britanniques l'ont profondément pleurée et lui ont donné un enterrement coûteux. La conquête romaine avait amené le malheur des Iceni qui s'est transformé en désastre après l'échec de leur rébellion. Mais au fil du temps, Britannia est devenue une partie ordonnée et respectée de l'empire romain. Il le resta pendant encore trois siècles. Le peuple de Boudica a finalement obtenu ce qu'il semblait avoir toujours voulu : le respect, la paix et un gouvernement qui les a traités avec justice et honneur.

Cet article a été écrit par Margaret Donsbach et initialement publié dans le numéro d'avril 2004 de Histoire militaire.

Pour plus d'articles, assurez-vous de vous abonner à Histoire militaire magazine aujourd'hui !


La Bretagne de Boudica

Du vivant de Boudica, Britannia était une jeune province romaine. L'armée romaine y faisait campagne depuis le débarquement d'une force militaire importante dans le Kent en 43 après JC. Rome a remporté une victoire majeure qui a entraîné la reddition de 11 rois britanniques à Colchester dans l'Essex. Ce nouveau territoire était si important que l'empereur Claude lui-même a voyagé de Rome pour assister à la victoire, accompagné de membres importants du Sénat romain et d'un entourage comprenant des éléphants de guerre.

Au premier siècle de notre ère, la population de l'ancienne Grande-Bretagne était composée d'un grand nombre de peuples indépendants, ou tribus. Le mari de Boudica, Prasutagus, dirigeait les Iceni. Les historiens rapportent que le couple était parents de deux filles et que Prasutagus n'était pas hostile à Rome. Certains érudits pensent que les Romains ont peut-être nommé Prasutagus comme souverain client sur leur territoire isenien après l'invasion de 43. Si tel est le cas, il est probable que lui et sa famille se seraient considérés comme des alliés de Rome.

Le mari de Boudica mourut et les fonctionnaires romains furent bouleversés d'apprendre qu'il n'avait pas légué ses biens à Rome. Au lieu de cela, il a laissé la moitié de sa richesse et de son territoire à ses filles et l'autre moitié à l'empereur Néron. Les administrateurs impériaux romains indignés ont ignoré ses dernières volontés. Ils ont saisi tous les biens de Prasutagus. Ils ont battu publiquement la veuve Boudica et violé ses filles. Ces outrages contre les Iceni et leur reine ont enragé le peuple. Tacite décrit comment une tribu voisine, les Trinovantes, a rejoint les Iceni. Beaucoup d'autres ont suivi peu de temps après.

Temple maudit

L'historien Tacite explique comment les vétérans légionnaires de Camulodunum (Colchester) ont inspiré la haine parmi les Trinovantes sur le territoire desquels ils se sont installés. « Les troupes chassèrent les Trinovantes de leurs maisons et de leurs terres et les appelèrent prisonniers et esclaves. » Selon Tacite, les Britanniques considéraient le grand temple de la colonie, dédié à l'empereur Claude, comme « une citadelle de domination éternelle ». Lorsque les rebelles ont pris d'assaut les colonies, il n'y avait pas de mur défensif. Tout ce que les habitants romains pouvaient faire était de s'abriter dans le temple de Claude, qui n'était peut-être même pas terminé. La colonie tomba rapidement aux mains des rebelles de Boudica, qui détruisirent le symbole détesté et ceux qui s'y trouvaient.

Dans le discours que lui attribue Dion Cassius, Boudica rallie ses forces et les prépare à la guerre. Elle expose les causes de la révolte :

[B] bien que certains d'entre vous aient pu auparavant, par ignorance de ce qui était mieux, avoir été trompés par les promesses séduisantes des Romains, . . . vous avez appris combien vous avez commis une grave erreur en préférant un despotisme importé à votre mode de vie ancestral, et vous avez compris combien mieux vaut la pauvreté sans maître que la richesse avec l'esclavage.

Elle s'insurge contre l'avarice romaine et les lourdes taxes prélevées sur la population. Boudica appelle ensuite à l'unité du peuple dans ce combat contre la tyrannie :

[L]aissons-nous, mes compatriotes, amis et parents - car je vous considère tous comme des parents, vu que vous habitez une seule île et que vous êtes appelés par un nom commun - faisons, dis-je, notre devoir pendant que nous nous souvenons encore de quelle liberté c'est que nous puissions laisser à nos enfants non seulement son appellation mais aussi sa réalité. Car, si nous oublions complètement l'état heureux dans lequel nous sommes nés et élevés, que feront-ils, je vous prie, élevés dans la servitude ?

Unis derrière leur reine, les Britanniques se soulèveront et ravageront plusieurs colonies romaines. (Zénobie, reine de Palmyre, mena également une rébellion contre Rome.)


Boudica et le massacre à Camulodunum

Camulodunum (Colchester) était la capitale de la Grande-Bretagne romaine et le site de la première bataille de la rébellion des Iceni. Ce qui s'est passé à Camulodunum mérite une mention spéciale car ce n'était pas simplement une bataille, mais un massacre systématique de tous les Romains qui y vivaient.

La rage des Britanniques occupés est difficile à surestimer. La blessure qui couvait parmi les tribus britanniques à cause de la brutalité des peuples indigènes a finalement été cautérisée par le massacre systématique de chaque Romain de Camulodunum.

Boadicea (Boudica) haranguant les Britanniques, par John Opie

La haine mutuelle à l'époque était palpable. Boudica était le souverain d'un royaume satellite de Rome, et par cette mesure, très probablement un citoyen romain. Après la mort de son mari Prasutagus, le procureur impérial Decianus Catus saisit tous ses biens. Lorsque Boudica a contesté cela, elle a été fouettée et ses filles violées. Déshabiller et flageller un citoyen romain aurait été un anathème, mais plus que cela, violer en groupe deux princesses, qui étaient très probablement vierges, était encore plus impensable. Le fait que l'historien romain Tacite décrit ces événements avec parcimonie montre l'horreur avec laquelle cela aurait été considéré à l'époque. Tacite, qui se complaît dans la description des brutalités ultérieures de la campagne, est au mieux circonspect dans la description de ces atrocités, car c'est ce qu'elles étaient. Cela montre son choc et son dégoût face à ces événements. Les Romains considéraient les Iceni comme des sous-humains et les traitaient de sorte que les Iceni considéraient leurs occupants comme brutaux et amoraux. Cette symbiose écœurante de haine a conduit à ce qui fut l'un des massacres les plus violents de l'époque.

Camulodunum n'était pas différent des autres villes occupées par les Romains à cette époque. Les peuples autochtones étant taxés pour payer leur propre servitude, l'occupation était universellement méprisée. En même temps, il y avait la famine et les gens avaient faim : ajoutez à cela le fait que certains impôts ont été payés en céréales, et le ressentiment n'a fait que s'aggraver. De plus, de jeunes hommes Iceni étaient enrôlés dans l'armée romaine pour se battre et mourir pour ceux qu'ils détestaient, et les terres tribales étaient systématiquement saisies par les citoyens romains, dépossédant ceux qui avaient vécu et cultivé ces terres pendant des années.

Buste de l'empereur Claude

Cependant, ce qui rendait Camulodunum plus important que la plupart, c'était l'ajout d'insulte à cette blessure déjà incommensurable : la construction du Temple de Claude. Ce temple a été érigé dans la ville pour honorer l'empereur même romain qui avait imposé leur assujettissement. Le peuple détestait ce symbole de la domination romaine.

Lorsque la rébellion de Boudica a commencé dans l'indignation en 60 après JC, Camulodunum n'a pas été choisi comme première cible pour leur rétribution collective par accident, mais parce qu'il illustrait la règle romaine par excellence en Grande-Bretagne à l'époque.

Les terres entourant la ville avaient été prises à la tribu des Trinobantes et données aux vétérans romains pour vivre leur retraite dans la paix et le confort. La ville avait été entièrement reconstruite sur un système de quadrillage romain et le temple de Claude y avait été érigé.

La porte romaine Balkerne à Colchester

Les Trinobantes avaient été parmi les premiers à rejoindre la rébellion, désireux de se venger de leurs suzerains romains. Alors que l'armée (et c'était une armée) marchait vers Camulodunum, beaucoup, beaucoup plus de gens ont rejoint la rébellion. Ce n'était plus une force Iceni mais une force britannique, furieuse et déterminée à effacer les Romains des terres britanniques. Les estimations varient énormément, mais lorsque l'armée a atteint Colchester, elle était certainement par dizaines de milliers, certains historiens affirmant qu'elle pouvait compter jusqu'à cent mille.

Camulodunum n'était absolument pas préparé à l'assaut. S'ils avaient su que Boudica venait les chercher avec ses armées, ils n'avaient certainement pas eu aussi peur qu'ils auraient dû l'être, du moins pas avant qu'il ne soit trop tard. Lorsque les vétérans et les citadins romains ont réalisé qu'il ne s'agissait pas d'un simple groupe de femmes mais d'une vague de rage et de haine, se dirigeant droit sur eux avec une soif de sang palpable, ils ont supplié Londinium de l'aider. Mais c'était trop tard. Il n'y avait pas de légions dans la région et Londinium envoya 200 hommes dérisoires à sa défense. Les vétérans ont fait de leur mieux, ils n'étaient pas étrangers au combat de Rome, mais ils étaient à la retraite depuis longtemps, et les 200 envoyés pour les aider n'étaient pas assez.

La bataille était terminée avant d'avoir commencé. Boudica et son armée ont massacré tout le monde. Ils affluèrent dans la ville comme un fléau imparable de mort et de destruction. Les gens ont fui où ils ont pu mais ont été inévitablement attrapés et brutalisés. Certains historiens affirment que les femmes ont eu les seins coupés et forcés à avaler la gorge, les gens ont été taillés en pièces là où ils se tenaient ou coupés en courant. Il n'est pas exagéré de dire que les rues auraient été rouges de sang. Ceux qui se sont tournés vers leur empereur et leurs dieux pour obtenir de l'aide en se réfugiant dans le temple tant méprisé, ont été mis en déroute et assassinés. Personne n'a été laissé en vie. La vengeance des Britanniques était sanglante, brutale et imparable.

Camulodunum n'était pas une bataille dans une rébellion, c'était un massacre de vengeance. La rage des tribus était si grande qu'ils n'ont même pas pillé la ville mais ont délibérément brûlé les bâtiments. Ils préfèrent anéantir tout signe d'occupation romaine plutôt que de prendre quoi que ce soit de valeur à trouver. Lorsqu'ils eurent pris leur terrible revanche sur Camulodunum, leur attention se tourna vers Londinium, où la rébellion allait faire encore plus de morts. Lorsqu'il s'est finalement terminé, le nombre de morts était estimé à environ 70 000.

Il y a un mystère persistant à cela. Il est indéniable que ce massacre a eu lieu et que la rébellion des Iceni a eu lieu, et pourtant, où sont les corps de ceux qui ont été massacrés à Camulodunum ? Tout au long de l'histoire, il n'y a eu que deux cas d'ossements trouvés à Colchester datant de la rébellion de Boudica, une fois en 1965, puis à nouveau en 2014. Si tant de personnes ont péri dans cette ville, où sont leurs restes ? Et qu'est-il réellement arrivé aux corps de ceux qui ont été massacrés si brutalement à Camulodunum en l'an 60 de notre ère ?


C'est une histoire de Boudica.
La reine guerrière Iceni,
L'une des femmes les plus effrayantes
Il n'y en a jamais eu.

Elle portait des vêtements colorés et elle
Était grand, fort et bruyant.
Elle avait une crinière de longs cheveux roux.
Vous la verriez dans une foule.

Elle et son mari le roi ont régné
Un endroit où Norfolk est aujourd'hui.
Le roi a fait un pacte avec les Romains
Et les a payés pour qu'ils restent à l'écart.

Quand le roi est mort cependant
Les choses ne se sont pas passées comme prévu.
Les Romains décidèrent de revendiquer
Toutes les richesses et les terres du roi.

Ils sont venus et ont volé les Britanniques
Qui étaient en colère d'être trompés.
De plus, les Romains étaient violents -
La reine et ses filles maltraitées.

La reine Boudica était assez indignée
Elle n'avait jamais été aussi en colère.
Elle a convoqué toutes les tribus pour
Un endroit maintenant appelé East Anglia.

"On ne peut pas les laisser nous faire ça !"
Elle a dit : "Ce n'est pas bien.
Mettons une armée ensemble
Et combattons les Romains !"

Alors toutes les tribus ont uni leurs forces,
Ils étaient dirigés par la reine rousse
C'était la plus grande armée qui
La Grande-Bretagne n'avait jamais vu.

L'armée de Boudica a marché autour
Et ils ont attaqué ville après ville.
Partout où ils ont trouvé les Romains vivaient
Ils ont brûlé leurs maisons.

  En fin de compte, bien que les Britanniques aient perdu,
Et les Romains étaient les gagnants.
Les Romains étaient des soldats bien entraînés,
Et les Britanniques, juste des débutants.

Et l'armée massive de Boudicca
A subi sa défaite finale
Bien battu par les Romains à
La bataille de Watling Street.

Oui Boudica a perdu à la fin,
Les Romains ont gagné, c'est vrai,
Mais Boudica leur avait fait peur
Et leur a donné une leçon ou deux.

Oui, ils regrettaient de l'avoir croisée,
Ils ont payé le prix d'être méchants
Aux Britanniques et aux princesses,
Et la puissante reine guerrière.


Femmes d'histoire : Boudica

Quand j'ai décidé de lancer une série de blogs sur les femmes de l'histoire, Boudica m'a sauté aux yeux. Pas parce qu'elle était ma femme historique préférée, ou parce qu'elle avait joué un rôle majeur dans l'histoire. Elle vient de le faire. Donc, pour aucune raison autre que ‘parce’, elle sera mon premier sujet de post.

Boudica était une reine britannique, à l'époque de l'Empire romain. À ce moment-là, l'Angleterre (et la Grande-Bretagne dans son ensemble) était composée de différentes tribus. Elle faisait partie de la tribu Iceni qui vivait dans ce qui est aujourd'hui le Norfolk.

Boudica (également orthographié Boadicea, Boudicea, et appelé Budding en gallois) est née vers 25 après JC. Elle était mariée à Prasutagus, qui était le souverain élu ou le roi des Iceni. Prasutagus avait une relation agréable avec l'Empire romain, suffisamment pour qu'à sa mort, il lègue son royaume à ses filles et à l'Empire. Cela a bien sûr posé des problèmes.

Les Romains avaient laissé les Iceni et les autres tribus britanniques pour la plupart seuls depuis la visite de Ceaser un siècle auparavant. Cependant, vers 43 après JC, l'empereur Claudius a décidé d'envahir, et cette fois de prendre le contrôle. Les tribus ont finalement dû se soumettre, mais au lieu de les laisser seuls pour la plupart, Claudius a laissé ses soldats sur l'île. Une partie de la population indigène a continué à se rebeller, mais les gouverneurs successifs de l'île envoyés par Rome ont rendu les choses de plus en plus difficiles pour les Iceni et leurs voisins. À un moment donné, ils n'avaient plus la possibilité d'avoir des armes pouvant être utilisées pour la rébellion (les armes de chasse étaient toujours autorisées jusqu'à un certain point). À la mort de Claude, son successeur Néron leur fit construire un temple à Camulodunum pour lui, ce qui obligea les celtes glacés à vénérer leur envahisseur. Ils ont également été obligés de payer pour cela. N'ayant pas les fonds pour le faire, ils ont fini par emprunter de l'argent à de riches Romains.

La rébellion éventuelle de Boudica a été motivée par différentes choses, selon la source qui vous a été dit. La plupart des contes de Boudica étaient romains, car il n'y avait pas d'histoire celtique écrite à l'époque. Cependant, les Romains qui ont écrit sur la reine des Iceni avaient des idées différentes sur ce qui la motivait. Selon certains, ses motivations étaient dues à l'oppression. Les Romains, comme Sénèque, qui avaient prêté de l'argent aux Britanniques, appelèrent ces prêts avec force. Les Gouverneurs prirent de plus en plus les libertés dont jouissaient les populations celtes pour les garder sous contrôle. Cela incluait la destruction de leurs terres saintes, ce qui ne serait malheureusement pas la dernière fois que cela se produirait dans l'histoire. Cela s'est aggravé lorsque son mari, qui était en bons termes avec l'Empire romain, est décédé. Rome a décidé de prendre le contrôle total plutôt que de partager avec les filles de l'homme.

D'autres récits ont des raisons plus dramatiques. Selon Tacite, Boudica a été flagellée pour avoir résisté à la prise de possession de son domaine par le chef local et ses filles ont été violées. Étant donné qu'il n'y a aucun compte rendu du côté des Celtics, ou de Boudica elle-même, il est difficile de savoir avec certitude ce qui lui est réellement arrivé ou à son peuple qui l'a amenée à décider de prendre le leadership et de se rebeller.

Vers 60-61 après JC, Boudica mena les rebelles celtes en pleine rébellion contre les envahisseurs romains. Elle a attaqué et détruit plusieurs villes. L'un d'eux était la City de Londres, qui porte encore les traces de l'attaque où l'armée de Boudica a incendié la ville. D'autres villes comprenaient Verulamium et Camulodunum (Colchester). Selon Dio, elle était vicieuse dans son châtiment, tuant ceux qui restaient dans les villes. Elle avait une plus grande armée, avec une estimation de 230 mille. Cependant, à la fin, le chef romain Suétone a remporté la victoire et a rendu la Grande-Bretagne sous contrôle romain. Ses troupes étaient mieux entraînées et mieux armées, et à la fin cela semblait l'emporter.

Boudica est décédée peu de temps après, avec même sa mort en litige. Dans certains comptes, elle y a mis fin par le poison, d'autres elle est morte d'une maladie. Elle a reçu des funérailles coûteuses par son membre de la tribu. Malgré la perte, elle était toujours très respectée par la plupart des comptes. Je suppose que d'une certaine manière, c'est incroyable qu'elle ait réussi non seulement à gagner le respect de ses compatriotes celtes, mais aussi suffisamment de respect de la part des Romains pour qu'ils racontent des histoires à son sujet. Ils ont gagné, ils auraient pu raconter n'importe quelle histoire qu'ils voulaient. Elle a fait d'elle un démon, mais ils ne l'ont pas fait.

Je suppose que cela les a confondus. Les Romains n'étaient pas particulièrement égalitaires en matière de genre. La plupart des héroïnes de leurs contes étaient soit des déesses, soit des reines étrangères. Boudica, Didon, Cléopâtre. Des femmes qui ont défié l'idée romaine de la féminité.

Aujourd'hui, il ne semble pas exagéré qu'un groupe de combattants se battent pour leur reine. C'est arrivé plusieurs fois avant. Boudica a laissé une empreinte dans l'histoire de la Grande-Bretagne, pas seulement en tant que reine. Elle est devenue un symbole de résistance. Elle est devenue un sujet d'art et d'inspiration pendant l'ère victorienne.


Voir la vidéo: Savaşın Efsaneleri. Boudica. TRT Belgesel (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Bikr

    C'est vrai! L'idée d'un bon soutien.

  2. Mazujora

    Combien coûtera-t-il de placer une bannière dans l'en-tête du site?

  3. Talib

    Et comme lui pour comprendre

  4. Benjamin

    Vous avez été visité avec une excellente idée

  5. Theoclymenus

    Je crois que vous vous trompez. Je suis sûr. Envoyez-moi un courriel à PM, nous parlerons.



Écrire un message