Podcasts sur l'histoire

Casca : Salles de Montezuma, Tony Roberts

Casca : Salles de Montezuma, Tony Roberts


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Casca : Salles de Montezuma, Tony Roberts

Casca : Salles de Montezuma, Tony Roberts

Le mercenaire éternel #25 de Barry Sadler

Je dois avouer que je n'avais pas entendu parler de cette longue série avant de lire cette vingt-cinquième entrée dans la saga de Casca, le mercenaire éternel. Les livres originaux ont été écrits par Barry Sadler, médecin, auteur et musicien des bérets verts et auteur de la « Ballade des bérets verts », et racontent l'histoire de Casca Rufio Longinius, le soldat romain qui a tué Jésus sur la croix, et fut maudit d'errer sur la terre jusqu'à la seconde venue. Cela a permis à Sadler de placer son personnage dans n'importe quelle guerre des 2000 dernières années, et la série a compté 22 entrées avant la mort de Sadler.

Après un faux départ avec les tomes 23 et 24, la série est désormais relancée par Tony Roberts (également auteur du site casca.net). Sa première entrée dans la série voit Casca arriver en Virginie, où il tombe sous le coup d'un ancien ordre dédié à sa traque, avant de prendre part à la guerre du Mexique, combattant avec le Corps des Marines.

Il s'agit d'un roman très divertissant, et a été bien accueilli par les fans de la série. Roberts a créé une version convaincante de la Virginie du milieu du XIXe siècle et des armées américaines qui ont envahi le Mexique en 1846-8, tandis que Casca lui-même est un héros inhabituel. Avec un deuxième tome déjà sorti et un troisième en route, la série semble être entre de bonnes mains.

Les livres peuvent être obtenus via le site Casca.net.

Auteur : Tony Roberts
Édition : Broché
Pages : 240
Éditeur : 1st Impression Publishing
Année : 2006
Site Web : www.casca.net



Contenu

Casca Rufio Longinus Modifier

Casca Rufio Longinus a grandi en Etrurie dans le village de Falerno. [3] Sa famille est morte de la peste et il s'est enrôlé dans la 7e Légion à Messilia [4] ou à Livourne. [5] Il a rejoint la 10e Légion et a été envoyé à Jérusalem où il a été affecté au détail de l'exécution de trois prisonniers, dont l'un était Jésus.

Au Golgotha, Casca a poignardé Jésus avec sa lance pour tenter de soulager Jésus de sa douleur et de sa souffrance. Jésus a condamné Casca en disant: "Soldat, tu es content de ce que tu es. Alors tu resteras jusqu'à ce que nous nous rencontrions à nouveau. Comme je vais maintenant vers mon Père, tu devras un jour venir à moi." À la mort de Jésus, le sang de sa blessure a coulé le long de la lance de Casca et sur sa main, et Casca l'a goûté sans le savoir après avoir essuyé la sueur de sa bouche, provoquant des convulsions de douleur dans son corps. Plus tard, Casca a été poignardé à l'estomac par son officier supérieur lors d'une bagarre à propos d'une danseuse arménienne. Un Casca mortellement blessé a tué l'officier supérieur et a été rapidement arrêté et emprisonné, mais au matin, il était presque guéri. Il découvre alors qu'il ne peut pas vieillir et qu'il est immortel, bien qu'il puisse ressentir toute la douleur infligée à son corps. Alors que ses blessures guérissent complètement, son corps accumule d'innombrables cicatrices au fil des siècles.

Pour le reste de la série, Casca est vu se battre dans de nombreuses guerres, ayant été maudit de rester un soldat jusqu'à la Seconde Venue. Il combat pour de nombreux côtés de nombreuses nationalités, telles que la Wehrmacht, l'armée des États confédérés, la Légion étrangère française, l'Empire byzantin et l'Armée rouge. Il est souvent représenté comme un mercenaire. Casca est fidèle à l'Empire romain et à l'Empire byzantin, et il se bat souvent contre les Ottomans. L'un de ses principaux adversaires est la Confrérie de l'Agneau.

Au cours de la série, Casca rencontre de nombreuses personnalités historiques célèbres, telles que Niccolò Machiavelli, Adolf Hitler, Attila le Hun, Blackbeard, Gengis Khan, Marco Polo, Robert E. Lee, George Washington et Muhammad, entre autres.

Julius Goldman Modifier

Julius Goldman était un chirurgien de l'armée américaine avec le grade de major, stationné au 8e hôpital de campagne de Nha Trang pendant la guerre du Vietnam. Il rencontre Casca pour la première fois en L'éternel mercenaire lorsque ce dernier a été amené à l'hôpital avec de multiples blessures mortelles, il n'aurait pas dû survivre. Le Dr Goldman a découvert l'immortalité de Casca et a décidé de devenir son biographe et chroniqueur. Il reçoit souvent la visite de Casca pour des mises à jour sur sa vie et ses expériences à travers les âges. Le Dr Goldman quitte plus tard l'armée et établit son propre cabinet. Alors que Goldman vieillit, il présente Casca à Danny Landries, le fils d'un de ses anciens camarades de l'armée. Danny rencontre Casca pour la première fois dans Cavalier du diable et succède à Goldman comme biographe.

La Confrérie de l'Agneau Modifier

La Confrérie de l'Agneau est une secte religieuse militante fanatique et les principaux antagonistes de la série. Elle est dirigée par l'Inner Circle, la hiérarchie de la secte, composée d'un ancien et de douze "frères". Ils prêchent la force et le pouvoir sur les vertus traditionnelles de piété et de compassion. La Confrérie vénère la Sainte Lance, qui constitue le point central des prières. Les jours saints, la Confrérie recrée la crucifixion dans une reconstitution impliquant le meurtre de l'un des frères, qui a été choisi pour jouer le rôle de Jésus, en utilisant la Sainte Lance.

La Confrérie a été fondée par Izram, un homme qui s'est proclamé le treizième Disciple à la suite de la mort de Jésus, soi-disant à la suite de Casca l'ayant poignardé avec la Sainte Lance. Izram a acheté la Sainte Lance à certains des camarades de Casca en tant que relique et symbole des événements du Golgotha. Izram est ensuite allé dans le désert pendant quarante jours avant qu'une révélation ne lui parvienne que lorsque Jésus reviendrait à la Seconde Venue, il rencontrerait Casca. La Confrérie garde Casca dans leur viseur jusqu'à la Seconde Venue. Bien qu'ils puissent haïr Casca pour ses actions au Golgotha, ils ne doivent pas l'empêcher de rencontrer Jésus. Ils infligent parfois une douleur intense à Casca, comme un aîné coupant la main de Casca ou un acolyte s'arrangeant pour brûler Casca sur le bûcher. Dans La sentinelle, l'ancien Gregory assassine le fils adoptif de Casca, Demos, et sa femme, Ireina, pour lequel Casca crucifie Gregory à mort. Casca était également prisonnier de la Confrérie en Le Maudit et Soldat Panzer.

Parmi les personnages historiques réels représentés comme les anciens de la Confrérie de l'Agneau figurent Heinrich Himmler et Hassan al-Sabah.

Casca n'est pas écrit dans l'ordre chronologique, de nombreux romans ultérieurs étant des suites ou des préquelles de précédents. Dragon Immortel et Le hors-la-loi ne sont pas considérés comme des entrées canon dans la série.

Historique des publications de Casca
Titre Livre n° Sommaire Auteur Année de sortie Remarques
L'éternel mercenaire 1 Pendant la guerre du Vietnam, le major de l'armée américaine, le Dr Julius Goldman, découvre que le soldat blessé « Casey Romain » est en fait Casca Rufio Longinus, un légionnaire romain de 2 000 ans maudit d'immortalité par Jésus-Christ. Barry Sadler 1979
Dieu de la mort 2 Au 3ème siècle au Mexique, Casca est déclaré dieu par les Indiens Teotec, et il les défend d'une attaque par les Olmèques. Barry Sadler 1979
Le seigneur de guerre 3 Casca se rend au IIIe siècle à Byzance et en Chine, où il est enterré vivant par une impératrice jalouse. Barry Sadler 1980
Soldat Panzer 4 Casca se bat pour les Allemands à la bataille de Koursk, et rencontre plus tard Adolf Hitler. Barry Sadler 1980
Le barbare 5 Casca déserte la légion romaine au IIe siècle et rejoint une tribu germanique. Barry Sadler 1981
Le Persan 6 Casca devient commandant dans l'armée du roi perse Shapur II, mais est brûlé sur le bûcher lorsqu'il est qualifié d'hérétique. Barry Sadler 1982
les damnés 7 Casca retourne dans l'Empire romain à temps pour voir Rome tomber aux mains des Wisigoths, puis rejoint le combat contre Atilla le Hun lors de la bataille des plaines catalanes en 451. Barry Sadler 1982
Soldat de fortune 8 Casca sert de mercenaire cambodgien en 1976. Barry Sadler 1983
La sentinelle 9 Après avoir dormi dans une grotte de glace pendant plus d'un siècle, Casca se rend dans l'Empire romain d'Orient pour lutter contre les Vandales en 534. Barry Sadler 1983
Le Conquistador 10 Casca s'échappe d'une prison espagnole du XVIe siècle et se rend dans le Nouveau Monde avec Hernán Cortés. Barry Sadler 1984
Le Légionnaire 11 À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Casca est capturé par les Français et enrôlé dans la Légion étrangère française. Il est finalement envoyé en Indochine française, où il combat à la bataille de Dien Bien Phu. Barry Sadler 1984
Mercenaire Africain 12 En 1977, Casca est envoyé en mission pour tuer un dictateur africain, mais est trahi par ses alliés. Barry Sadler 1984
L'assassin 13 Au XIe siècle, Casca est capturée par des marchands d'esclaves arabes et est intronisée dans la secte secrète des Hashshashin. Barry Sadler 1985
Le phénix 14 Casca est capturé par l'Armée populaire du Vietnam alors qu'il est en mission pour arrêter une escouade d'assassinats Viet Cong. Il s'échappe, mais est mortellement blessé en le faisant, et est transporté d'urgence dans un hôpital de campagne de l'armée américaine. Préquelle à L'éternel mercenaire, et donc la série dans son ensemble. Barry Sadler 1985
Le pirate 15 En 1718, Casca navigue vers les Caraïbes pour échapper à l'arrestation. Là, il devient impliqué avec des pirates, dont le tristement célèbre Barbe Noire. Barry Sadler 1985
Mercenaire du désert 16 Casca et son ami Gus travaillent comme mercenaires pendant la guerre d'Algérie. Barry Sadler 1986
Le guerrier 17 À la fin des années 1860, Casca navigue dans le Pacifique Sud, où il sauve un petit village insulaire d'un seigneur de guerre local. Barry Sadler 1987
Le Maudit 18 Casca rejoint l'armée britannique en 1899, mais déserte du côté chinois et rejoint la rébellion des Boxers. Barry Sadler 1987
Le Samouraï 19 Casca est sauvé au large des côtes du Japon en 1184, et se bat plus tard dans la bataille de Dan-no-ura. Barry Sadler 1988
Soldat de Gédéon 20 Casca rejoint les Forces de défense israéliennes et combat sur les hauteurs du Golan pendant la guerre de Yom Kippour. Barry Sadler 1988
Le soldat des tranchées 21 Casca se bat avec l'armée britannique au début de la Première Guerre mondiale. Barry Sadler 1989 Dernier à être publié par Barry Sadler avant sa mort en 1989
Le Mongol 22 Casca est sauvé par un jeune guerrier mongol nommé Temujin. Casca enseigne au jeune homme l'art de la guerre, ce qui lui permet de conquérir et d'unir les tribus locales en une puissante armée. Se faisant désormais appeler Gengis Khan, Temujin jette son dévolu sur l'Occident. Barry Sadler 1990 Écrit par Barry Sadler, publié à titre posthume
Le libérateur 23 Lorsque le navire transportant Casca est coulé, il passe six ans au fond de l'océan jusqu'à ce qu'il soit secouru par des pêcheurs africains. Ils l'adorent comme un dieu et lui demandent de libérer leur peuple de la domination d'un suzerain qui croit qu'il est le Fils de Dieu. Paul Dengelegi 1999 Premier écrit par Paul Dengelegi
Le défiant 24 Casca sauve la vie d'un jeune Marco Polo et le rejoint dans son voyage à la cour de Kublai Khan. Paul Dengelegi 2001 Dernier écrit par Paul Dengelegi
Salles de Montezuma 25 Casca arrive aux États-Unis dans les années 1840. Il rejoint l'armée américaine pendant la guerre américano-mexicaine et participe à la bataille de Chapultepec. Tony Roberts 2006 Premier écrit par Tony Roberts
Johnny Reb 26 Casca se bat pour les États confédérés d'Amérique pendant la guerre de Sécession. Tony Roberts 2007
Le confédéré 27 Pendant la guerre de Sécession, Casca doit faire face à des menaces à la fois du Nord et de la Confrérie. Tony Roberts 2008
Le vengeur 28 Casca retourne dans l'Empire romain d'Orient au 6ème siècle pour se venger de la Confrérie et participe à la bataille de Taginae. Tony Roberts 2008
Dragon Immortel 29 Inconnu Michael B. Goodwin 2008 Retiré de la série en raison d'allégations de plagiat de la novélisation de Rambo III
Soldat de Napoléon 30 Casca rejoint la Grande Armée de Napoléon et participe à l'invasion française de la Russie en 1812. Tony Roberts 2009
Le Conquérant 31 Casca s'engage dans l'armée de Guillaume Ier et participe à la bataille d'Hastings. Tony Roberts 2009
L'Anzac 32 Fuyant les autorités britanniques après la mort accidentelle de deux soldats britanniques (ayant découvert l'immortalité de Casca alors qu'il était à l'hôpital), Casca se bat pour les corps d'armée australien et néo-zélandais lors de la campagne de Gallipoli pendant la Première Guerre mondiale. Tony Roberts 2010
Le hors-la-loi 33 Casca retourne au Mexique pour diriger un groupe de mercenaires, dont Billy the Kid, à la recherche d'une cache cachée d'or confédéré. Michael B. Goodwin 2010 Retiré de la série en raison d'allégations de plagiat
Cavalier du diable 34 Lors de l'invasion mongole de l'Europe, Casca est entraîné dans des luttes de factions et participe à la bataille de Mohi. Tony Roberts 2010
Épée de la confrérie 35 Casca est victime d'un chantage pour aider la Confrérie à récupérer la Sainte Lance de l'Empire sassanide pendant la guerre byzantine-sasanide de 602-628. Tony Roberts 2011
Le Minuteman 36 Pendant la guerre d'Indépendance américaine, Casca trouve un adversaire de taille dans le major britannique Sir Richard Eley alors qu'il combat à la bataille de Bunker Hill, à la bataille de White Plains, à la bataille de Trenton et à la bataille de Princeton. Tony Roberts 2011
Mercenaire romain 37 Casca et une équipe de six mercenaires ont entrepris de sauver la fille d'un homme riche de Rome, qui est occupée par les Wisigoths. Tony Roberts 2012
Le continental 38 Casca est capturé pendant la campagne de Philadelphie et est détenu dans une prison britannique au large des côtes de New York. Il finit par s'échapper et combat une dernière fois le major Sir Richard Eley à la bataille de Guilford Court House. Tony Roberts 2012
Le croisé 39 Casca travaille pour l'empereur byzantin Alexios Ier Komnenos pendant la première croisade et aide une noble franque dans son voyage vers Jérusalem. Tony Roberts 2013
Blitzkreig 40 Pendant la Seconde Guerre mondiale, Casca rejoint le corps des panzers de la Wehrmacht et se bat en Pologne, en Belgique et en France, tout en essayant d'éviter une traque policière après un meurtre dans un hôtel de Berlin dans lequel Casca était impliqué. Tony Roberts 2013
L'arbalétrier 41 Casca rejoint l'armée d'Henri V et participe à la bataille d'Azincourt. Tony Roberts 2014
Barberousse 42 Casca continue de se battre pour le corps des panzers de la Wehrmacht alors qu'ils envahissent l'Union soviétique, couvrant les campagnes du front de l'Est de 1941 et 1942. Tony Roberts 2015
Fléau d'Asie 43 Casca est recruté par l'empereur byzantin pour trouver un chef de guerre pour détruire les Ottomans. Les voyages de Casca l'emmènent en Transoxiane, où il rencontre Timur qui monte. Tony Roberts 2015
Mercenaire des Balkans 44 Pendant la guerre d'indépendance croate, Casca est embauché par la Croatie pour rassembler une équipe de mercenaires pour infiltrer le territoire serbe et éliminer un chef de guerre de nettoyage ethnique. Tony Roberts 2016
Mercenaire de l'empereur 45 Casca et un collègue sont envoyés dans la Gaule déchirée par la guerre pour éviter qu'un artefact précieux ne soit détruit avant la chute de la ville assiégée d'Arelate. Tony Roberts 2016
Le cavalier 46 Casca traque un homme qui a attaqué une prostituée, l'amenant à rejoindre le 7e régiment de cavalerie juste avant la bataille de Little Bighorn. Tony Roberts 2017
le viking 47 Casca se rend en Scandinavie pour échapper à la puissance croissante de Charlemagne et s'implique dans la politique et la guerre des Vikings. Tony Roberts 2018
L'Autrichien 48 Casca, déterminé à régler ses comptes avec les Ottomans, défend la ville impériale autrichienne de Vienne contre l'Empire ottoman pendant la bataille de Vienne. Tony Roberts 2018
Le Lombard 49 Casca rejoint une tribu de Lombards et vit parmi eux pendant des années jusqu'à ce que des nouvelles de Narsès, son ancien ennemi, arrivent. Casca décide que Narses doit enfin être traduit en justice. Tony Roberts 2018
Le commissaire 50 Casca rejoint l'Armée rouge pendant la guerre soviéto-ukrainienne, mais se retourne rapidement contre eux après avoir appris leur brutalité. Tony Roberts 2019
Le Sarrasin 51 Casca retourne en Terre Sainte et, après s'être heurté à Raynald de Châtillon, rejoint l'armée de Saladin et participe à la décisive bataille de Hattin. Tony Roberts 2019
Le cavalier rugueux 52 Lorsque la guerre hispano-américaine éclate en 1898, Casca rejoint l'armée américaine et est envoyé à Cuba pour combattre dans l'unité de Theodore Roosevelt, les « Rough Riders », lors de la bataille de San Juan Hill. Tony Roberts 2020
Le dernier défenseur 53 Casca combat les Ottomans pour défendre la ville de Constantinople, dernier vestige de son empire romain natal. Tony Roberts 2020

Modifier le livre audio

En 2004, l'ancien Casca l'auteur Paul Dengelegi a écrit une histoire non-canon non autorisée intitulée Casca : le paria.

L'histoire suit Casca en tant que boxeur dans l'Angleterre de l'ère victorienne avec des connaissances Ike et Ulysse. Après une rencontre avec la police et un marchand d'esclaves vendant une esclave à un homme riche, Casca est abattu, empalé à la baïonnette et placé sur une prison où des combats sont organisés entre les prisonniers (y compris Ike et Ulysse, dirigé par le prisonnier écossais Simon ) pour le capitaine du navire. Finalement, Ulysse tue le capitaine et ordonne la libération de l'esclave. Le carcasse de la prison arrive en Tasmanie, où Casca devient célèbre en tant que boxeur champion d'Australie. Alors qu'ils sont sur un navire à destination des États-Unis, le navire Casca et ses connaissances sont attaqués par les Royal Marines qui prennent leur navire pour des pirates, et Ike est tué tandis que Casca est mortellement blessé. L'histoire se termine avec Ulysse substituant le cercueil de Casca à un cercueil plein de pierres et cachant le corps de Casca de l'enterrement. [6]

Dengelegi a passé un contrat avec Americana Audio pour le faire publier sous la forme d'un CD de livre audio à trois disques. Cela a ensuite été retiré en 2006 suite à la fermeture d'Americana Audio.

Livres électroniques Modifier

À partir de janvier 2014, la série a été mise au format e-book, et tous les livres existants de la série jusqu'en 2014 (à l'exception de Le libérateur, Le défiant, Dragon Immortel et Le hors-la-loi) étaient disponibles au format Kindle en juin 2014.


Contenu

Casca Rufio Longinus Modifier

Casca Rufio Longinus a grandi en Etrurie dans le village de Falerno. [3] Sa famille est morte de la peste et il s'est enrôlé dans la 7e Légion à Messilia [4] ou à Livourne. [5] Il a rejoint la 10e Légion et a été envoyé à Jérusalem où il a été affecté au détail de l'exécution de trois prisonniers, dont l'un était Jésus.

Au Golgotha, Casca a poignardé Jésus avec sa lance pour tenter de soulager Jésus de sa douleur et de sa souffrance. Jésus a condamné Casca en disant: "Soldat, tu es content de ce que tu es. Alors tu resteras jusqu'à ce que nous nous rencontrions à nouveau. Comme je vais maintenant vers mon Père, tu devras un jour venir à moi." À la mort de Jésus, le sang de sa blessure a coulé le long de la lance de Casca et sur sa main, et Casca l'a goûté sans le savoir après avoir essuyé la sueur de sa bouche, provoquant des convulsions de douleur dans son corps. Plus tard, Casca a été poignardé à l'estomac par son officier supérieur lors d'une bagarre à propos d'une danseuse arménienne. Un Casca mortellement blessé a tué l'officier supérieur et a été rapidement arrêté et emprisonné, mais au matin, il était presque guéri. Il découvre alors qu'il ne peut pas vieillir et qu'il est immortel, bien qu'il puisse ressentir toute la douleur infligée à son corps. Alors que ses blessures guérissent complètement, son corps accumule d'innombrables cicatrices au fil des siècles.

Pour le reste de la série, Casca est vu se battre dans de nombreuses guerres, ayant été maudit de rester un soldat jusqu'à la Seconde Venue.Il combat pour de nombreux côtés de nombreuses nationalités, telles que la Wehrmacht, l'armée des États confédérés, la Légion étrangère française, l'Empire byzantin et l'Armée rouge. Il est souvent représenté comme un mercenaire. Casca est fidèle à l'Empire romain et à l'Empire byzantin, et il se bat souvent contre les Ottomans. L'un de ses principaux adversaires est la Confrérie de l'Agneau.

Au cours de la série, Casca rencontre de nombreuses personnalités historiques célèbres, telles que Niccolò Machiavelli, Adolf Hitler, Attila le Hun, Blackbeard, Gengis Khan, Marco Polo, Robert E. Lee, George Washington et Muhammad, entre autres.

Julius Goldman Modifier

Julius Goldman était un chirurgien de l'armée américaine avec le grade de major, stationné au 8e hôpital de campagne de Nha Trang pendant la guerre du Vietnam. Il rencontre Casca pour la première fois en L'éternel mercenaire lorsque ce dernier a été amené à l'hôpital avec de multiples blessures mortelles, il n'aurait pas dû survivre. Le Dr Goldman a découvert l'immortalité de Casca et a décidé de devenir son biographe et chroniqueur. Il reçoit souvent la visite de Casca pour des mises à jour sur sa vie et ses expériences à travers les âges. Le Dr Goldman quitte plus tard l'armée et établit son propre cabinet. Alors que Goldman vieillit, il présente Casca à Danny Landries, le fils d'un de ses anciens camarades de l'armée. Danny rencontre Casca pour la première fois dans Cavalier du diable et succède à Goldman comme biographe.

La Confrérie de l'Agneau Modifier

La Confrérie de l'Agneau est une secte religieuse militante fanatique et les principaux antagonistes de la série. Elle est dirigée par l'Inner Circle, la hiérarchie de la secte, composée d'un ancien et de douze "frères". Ils prêchent la force et le pouvoir sur les vertus traditionnelles de piété et de compassion. La Confrérie vénère la Sainte Lance, qui constitue le point central des prières. Les jours saints, la Confrérie recrée la crucifixion dans une reconstitution impliquant le meurtre de l'un des frères, qui a été choisi pour jouer le rôle de Jésus, en utilisant la Sainte Lance.

La Confrérie a été fondée par Izram, un homme qui s'est proclamé le treizième Disciple à la suite de la mort de Jésus, soi-disant à la suite de Casca l'ayant poignardé avec la Sainte Lance. Izram a acheté la Sainte Lance à certains des camarades de Casca en tant que relique et symbole des événements du Golgotha. Izram est ensuite allé dans le désert pendant quarante jours avant qu'une révélation ne lui parvienne que lorsque Jésus reviendrait à la Seconde Venue, il rencontrerait Casca. La Confrérie garde Casca dans leur viseur jusqu'à la Seconde Venue. Bien qu'ils puissent haïr Casca pour ses actions au Golgotha, ils ne doivent pas l'empêcher de rencontrer Jésus. Ils infligent parfois une douleur intense à Casca, comme un aîné coupant la main de Casca ou un acolyte s'arrangeant pour brûler Casca sur le bûcher. Dans La sentinelle, l'ancien Gregory assassine le fils adoptif de Casca, Demos, et sa femme, Ireina, pour lequel Casca crucifie Gregory à mort. Casca était également prisonnier de la Confrérie en Le Maudit et Soldat Panzer.

Parmi les personnages historiques réels représentés comme les anciens de la Confrérie de l'Agneau figurent Heinrich Himmler et Hassan al-Sabah.

Casca n'est pas écrit dans l'ordre chronologique, de nombreux romans ultérieurs étant des suites ou des préquelles de précédents. Dragon Immortel et Le hors-la-loi ne sont pas considérés comme des entrées canon dans la série.

Historique des publications de Casca
Titre Livre n° Sommaire Auteur Année de sortie Remarques
L'éternel mercenaire 1 Pendant la guerre du Vietnam, le major de l'armée américaine, le Dr Julius Goldman, découvre que le soldat blessé « Casey Romain » est en fait Casca Rufio Longinus, un légionnaire romain de 2 000 ans maudit d'immortalité par Jésus-Christ. Barry Sadler 1979
Dieu de la mort 2 Au 3ème siècle au Mexique, Casca est déclaré dieu par les Indiens Teotec, et il les défend d'une attaque par les Olmèques. Barry Sadler 1979
Le seigneur de guerre 3 Casca se rend au IIIe siècle à Byzance et en Chine, où il est enterré vivant par une impératrice jalouse. Barry Sadler 1980
Soldat Panzer 4 Casca se bat pour les Allemands à la bataille de Koursk, et rencontre plus tard Adolf Hitler. Barry Sadler 1980
Le barbare 5 Casca déserte la légion romaine au IIe siècle et rejoint une tribu germanique. Barry Sadler 1981
Le Persan 6 Casca devient commandant dans l'armée du roi perse Shapur II, mais est brûlé sur le bûcher lorsqu'il est qualifié d'hérétique. Barry Sadler 1982
les damnés 7 Casca retourne dans l'Empire romain à temps pour voir Rome tomber aux mains des Wisigoths, puis rejoint le combat contre Atilla le Hun lors de la bataille des plaines catalanes en 451. Barry Sadler 1982
Soldat de fortune 8 Casca sert de mercenaire cambodgien en 1976. Barry Sadler 1983
La sentinelle 9 Après avoir dormi dans une grotte de glace pendant plus d'un siècle, Casca se rend dans l'Empire romain d'Orient pour lutter contre les Vandales en 534. Barry Sadler 1983
Le Conquistador 10 Casca s'échappe d'une prison espagnole du XVIe siècle et se rend dans le Nouveau Monde avec Hernán Cortés. Barry Sadler 1984
Le Légionnaire 11 À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Casca est capturé par les Français et enrôlé dans la Légion étrangère française. Il est finalement envoyé en Indochine française, où il combat à la bataille de Dien Bien Phu. Barry Sadler 1984
Mercenaire Africain 12 En 1977, Casca est envoyé en mission pour tuer un dictateur africain, mais est trahi par ses alliés. Barry Sadler 1984
L'assassin 13 Au XIe siècle, Casca est capturée par des marchands d'esclaves arabes et est intronisée dans la secte secrète des Hashshashin. Barry Sadler 1985
Le phénix 14 Casca est capturé par l'Armée populaire du Vietnam alors qu'il est en mission pour arrêter une escouade d'assassinats Viet Cong. Il s'échappe, mais est mortellement blessé en le faisant, et est transporté d'urgence dans un hôpital de campagne de l'armée américaine. Préquelle à L'éternel mercenaire, et donc la série dans son ensemble. Barry Sadler 1985
Le pirate 15 En 1718, Casca navigue vers les Caraïbes pour échapper à l'arrestation. Là, il devient impliqué avec des pirates, dont le tristement célèbre Barbe Noire. Barry Sadler 1985
Mercenaire du désert 16 Casca et son ami Gus travaillent comme mercenaires pendant la guerre d'Algérie. Barry Sadler 1986
Le guerrier 17 À la fin des années 1860, Casca navigue dans le Pacifique Sud, où il sauve un petit village insulaire d'un seigneur de guerre local. Barry Sadler 1987
Le Maudit 18 Casca rejoint l'armée britannique en 1899, mais déserte du côté chinois et rejoint la rébellion des Boxers. Barry Sadler 1987
Le Samouraï 19 Casca est sauvé au large des côtes du Japon en 1184, et se bat plus tard dans la bataille de Dan-no-ura. Barry Sadler 1988
Soldat de Gédéon 20 Casca rejoint les Forces de défense israéliennes et combat sur les hauteurs du Golan pendant la guerre de Yom Kippour. Barry Sadler 1988
Le soldat des tranchées 21 Casca se bat avec l'armée britannique au début de la Première Guerre mondiale. Barry Sadler 1989 Dernier à être publié par Barry Sadler avant sa mort en 1989
Le Mongol 22 Casca est sauvé par un jeune guerrier mongol nommé Temujin. Casca enseigne au jeune homme l'art de la guerre, ce qui lui permet de conquérir et d'unir les tribus locales en une puissante armée. Se faisant désormais appeler Gengis Khan, Temujin jette son dévolu sur l'Occident. Barry Sadler 1990 Écrit par Barry Sadler, publié à titre posthume
Le libérateur 23 Lorsque le navire transportant Casca est coulé, il passe six ans au fond de l'océan jusqu'à ce qu'il soit secouru par des pêcheurs africains. Ils l'adorent comme un dieu et lui demandent de libérer leur peuple de la domination d'un suzerain qui croit qu'il est le Fils de Dieu. Paul Dengelegi 1999 Premier écrit par Paul Dengelegi
Le défiant 24 Casca sauve la vie d'un jeune Marco Polo et le rejoint dans son voyage à la cour de Kublai Khan. Paul Dengelegi 2001 Dernier écrit par Paul Dengelegi
Salles de Montezuma 25 Casca arrive aux États-Unis dans les années 1840. Il rejoint l'armée américaine pendant la guerre américano-mexicaine et participe à la bataille de Chapultepec. Tony Roberts 2006 Premier écrit par Tony Roberts
Johnny Reb 26 Casca se bat pour les États confédérés d'Amérique pendant la guerre de Sécession. Tony Roberts 2007
Le confédéré 27 Pendant la guerre de Sécession, Casca doit faire face à des menaces à la fois du Nord et de la Confrérie. Tony Roberts 2008
Le vengeur 28 Casca retourne dans l'Empire romain d'Orient au 6ème siècle pour se venger de la Confrérie et participe à la bataille de Taginae. Tony Roberts 2008
Dragon Immortel 29 Inconnu Michael B. Goodwin 2008 Retiré de la série en raison d'allégations de plagiat de la novélisation de Rambo III
Soldat de Napoléon 30 Casca rejoint la Grande Armée de Napoléon et participe à l'invasion française de la Russie en 1812. Tony Roberts 2009
Le Conquérant 31 Casca s'engage dans l'armée de Guillaume Ier et participe à la bataille d'Hastings. Tony Roberts 2009
L'Anzac 32 Fuyant les autorités britanniques après la mort accidentelle de deux soldats britanniques (ayant découvert l'immortalité de Casca alors qu'il était à l'hôpital), Casca se bat pour les corps d'armée australien et néo-zélandais lors de la campagne de Gallipoli pendant la Première Guerre mondiale. Tony Roberts 2010
Le hors-la-loi 33 Casca retourne au Mexique pour diriger un groupe de mercenaires, dont Billy the Kid, à la recherche d'une cache cachée d'or confédéré. Michael B. Goodwin 2010 Retiré de la série en raison d'allégations de plagiat
Cavalier du diable 34 Lors de l'invasion mongole de l'Europe, Casca est entraîné dans des luttes de factions et participe à la bataille de Mohi. Tony Roberts 2010
Épée de la confrérie 35 Casca est victime d'un chantage pour aider la Confrérie à récupérer la Sainte Lance de l'Empire sassanide pendant la guerre byzantine-sasanide de 602-628. Tony Roberts 2011
Le Minuteman 36 Pendant la guerre d'Indépendance américaine, Casca trouve un adversaire de taille dans le major britannique Sir Richard Eley alors qu'il combat à la bataille de Bunker Hill, à la bataille de White Plains, à la bataille de Trenton et à la bataille de Princeton. Tony Roberts 2011
Mercenaire romain 37 Casca et une équipe de six mercenaires ont entrepris de sauver la fille d'un homme riche de Rome, qui est occupée par les Wisigoths. Tony Roberts 2012
Le continental 38 Casca est capturé pendant la campagne de Philadelphie et est détenu dans une prison britannique au large des côtes de New York. Il finit par s'échapper et combat une dernière fois le major Sir Richard Eley à la bataille de Guilford Court House. Tony Roberts 2012
Le croisé 39 Casca travaille pour l'empereur byzantin Alexios Ier Komnenos pendant la première croisade et aide une noble franque dans son voyage vers Jérusalem. Tony Roberts 2013
Blitzkreig 40 Pendant la Seconde Guerre mondiale, Casca rejoint le corps des panzers de la Wehrmacht et se bat en Pologne, en Belgique et en France, tout en essayant d'éviter une traque policière après un meurtre dans un hôtel de Berlin dans lequel Casca était impliqué. Tony Roberts 2013
L'arbalétrier 41 Casca rejoint l'armée d'Henri V et participe à la bataille d'Azincourt. Tony Roberts 2014
Barberousse 42 Casca continue de se battre pour le corps des panzers de la Wehrmacht alors qu'ils envahissent l'Union soviétique, couvrant les campagnes du front de l'Est de 1941 et 1942. Tony Roberts 2015
Fléau d'Asie 43 Casca est recruté par l'empereur byzantin pour trouver un chef de guerre pour détruire les Ottomans. Les voyages de Casca l'emmènent en Transoxiane, où il rencontre Timur qui monte. Tony Roberts 2015
Mercenaire des Balkans 44 Pendant la guerre d'indépendance croate, Casca est embauché par la Croatie pour rassembler une équipe de mercenaires pour infiltrer le territoire serbe et éliminer un chef de guerre de nettoyage ethnique. Tony Roberts 2016
Mercenaire de l'empereur 45 Casca et un collègue sont envoyés dans la Gaule déchirée par la guerre pour éviter qu'un artefact précieux ne soit détruit avant la chute de la ville assiégée d'Arelate. Tony Roberts 2016
Le cavalier 46 Casca traque un homme qui a attaqué une prostituée, l'amenant à rejoindre le 7e régiment de cavalerie juste avant la bataille de Little Bighorn. Tony Roberts 2017
le viking 47 Casca se rend en Scandinavie pour échapper à la puissance croissante de Charlemagne et s'implique dans la politique et la guerre des Vikings. Tony Roberts 2018
L'Autrichien 48 Casca, déterminé à régler ses comptes avec les Ottomans, défend la ville impériale autrichienne de Vienne contre l'Empire ottoman pendant la bataille de Vienne. Tony Roberts 2018
Le Lombard 49 Casca rejoint une tribu de Lombards et vit parmi eux pendant des années jusqu'à ce que des nouvelles de Narsès, son ancien ennemi, arrivent. Casca décide que Narses doit enfin être traduit en justice. Tony Roberts 2018
Le commissaire 50 Casca rejoint l'Armée rouge pendant la guerre soviéto-ukrainienne, mais se retourne rapidement contre eux après avoir appris leur brutalité. Tony Roberts 2019
Le Sarrasin 51 Casca retourne en Terre Sainte et, après s'être heurté à Raynald de Châtillon, rejoint l'armée de Saladin et participe à la décisive bataille de Hattin. Tony Roberts 2019
Le cavalier rugueux 52 Lorsque la guerre hispano-américaine éclate en 1898, Casca rejoint l'armée américaine et est envoyé à Cuba pour combattre dans l'unité de Theodore Roosevelt, les « Rough Riders », lors de la bataille de San Juan Hill. Tony Roberts 2020
Le dernier défenseur 53 Casca combat les Ottomans pour défendre la ville de Constantinople, dernier vestige de son empire romain natal. Tony Roberts 2020

Modifier le livre audio

En 2004, l'ancien Casca l'auteur Paul Dengelegi a écrit une histoire non-canon non autorisée intitulée Casca : le paria.

L'histoire suit Casca en tant que boxeur dans l'Angleterre de l'ère victorienne avec des connaissances Ike et Ulysse. Après une rencontre avec la police et un marchand d'esclaves vendant une esclave à un homme riche, Casca est abattu, empalé à la baïonnette et placé sur une prison où des combats sont organisés entre les prisonniers (y compris Ike et Ulysse, dirigé par le prisonnier écossais Simon ) pour le capitaine du navire. Finalement, Ulysse tue le capitaine et ordonne la libération de l'esclave. Le carcasse de la prison arrive en Tasmanie, où Casca devient célèbre en tant que boxeur champion d'Australie. Alors qu'ils sont sur un navire à destination des États-Unis, le navire Casca et ses connaissances sont attaqués par les Royal Marines qui prennent leur navire pour des pirates, et Ike est tué tandis que Casca est mortellement blessé. L'histoire se termine avec Ulysse substituant le cercueil de Casca à un cercueil plein de pierres et cachant le corps de Casca de l'enterrement. [6]

Dengelegi a passé un contrat avec Americana Audio pour le faire publier sous la forme d'un CD de livre audio à trois disques. Cela a ensuite été retiré en 2006 suite à la fermeture d'Americana Audio.

Livres électroniques Modifier

À partir de janvier 2014, la série a été mise au format e-book, et tous les livres existants de la série jusqu'en 2014 (à l'exception de Le libérateur, Le défiant, Dragon Immortel et Le hors-la-loi) étaient disponibles au format Kindle en juin 2014.


Journal de Guadalcanal, Aile et une prière, Salles de Montezuma, Les jeunes Lions & Patton

La vidéo de Fox Home a dû avoir de la chance avec leurs versions précédentes de War, car ils ont proposé un reconditionnement de leurs succès précédents ( Patton, Von Ryan's Express ) et ont ajouté des titres moins connus, mais très bienvenus. Comme d'autres studios, Fox semble très prudent dans ses sorties catalogue. Il n'y a certainement pas de flot de grands titres anciens qui affluent de leurs portes (il est surprenant que des paris sûrs comme The Day the Earth Stood Still ne soient pas encore sortis), mais au moins la qualité reste élevée. Cette série particulière d'images de guerre montre le fort contraste entre les productions réalisées pendant la Seconde Guerre mondiale et en Corée, et celles réalisées en temps de paix. Les présentations comprennent toutes des transferts de première classe sans présentations élaborées ni extras, et à d'excellents prix bas.

Les capitaines Cross (Roy Roberts) et Davis (Richard Conte) mènent les premiers détachements de Marines sur le bastion japonais de Guadalcanal, bravant les tireurs d'élite et les bombardements et tenant le territoire de notre armée régulière d'invasion.

Basée sur le roman populaire de Tregaskis, cette saga des Marines a été tournée pratiquement avant la fin des combats à Guadalcanal. C'est l'un des films de combat clés de la guerre, et il survit mieux comme document d'époque que comme divertissement. Calculé pour endoctriner le public civil aux réalités du combat, il est également encombré de scènes pour rassurer les gens à la maison que leurs garçons sont entre de bonnes mains dans l'armée.

Le livre s'est beaucoup vendu et a choqué les Américains moyens avec ses descriptions de la guerre de combat dans des détails boueux et sanglants au lieu d'être levés avec des platitudes justes ou des actes héroïques. Le film fait de son mieux pour rester fidèle, mais les morceaux de narration tirés du texte de Tregaskis qui parsèment le film sont submergés par le soulagement comique de William Bendix et Lionel Stander. Au moins 20% de l'image joue comme une comédie légère de l'école secondaire Abbott et Costello.

Il semble que l'équivalent du politiquement correct pendant la Seconde Guerre mondiale ait joué un grand rôle dans la rédaction finale du scénario. Le personnage principal est un aumônier infirmier joué par Preston Foster, et plusieurs scènes sont consacrées à des soldats heureux chantant des hymnes et assistant à des services religieux comme des enfants de choeur, alors maman et Pop sauront qu'ils se sont battus avec Dieu dans leur cœur. Une scène semble calculée pour encourager le courrier civil aux troupes, en montrant un Marine le cœur brisé après un appel postal parce qu'il n'y avait rien dans le sac d'expédition pour lui.

C'est une image de la première vague d'Hollywood qui riposte au Japon, et comme Wake Island ou Gung Ho ! traite les Japonais comme de la vermine sauvage à exterminer. Le fait de se cacher dans un arbre en embuscade, ou d'exercer un avantage stratégique, est considéré comme un crime de guerre. Lorsque les Marines prennent leurs pertes « personnellement » et se vengent de l'ennemi en combattant salement, nous sommes encouragés à applaudir. Le jeune Richard Jaeckel joue de l'opossum puis fait exploser trois "Japs" dans le dos, crachant la réplique : "J'ai appris ça de Tojo !" De toute évidence, ce moment et d'autres étaient destinés à renforcer le moral des Américains dans le public, dont certains pourraient être des soldats en route pour se battre dans le théâtre du Pacifique. Le spectacle des Marines poussant un régiment ennemi dans la mer, et les massacrant dans les vagues, est le genre de scène le mieux apprécié par un public qui se sent menacé.

De même, un personnage américano-mexicain nommé Jesus 'Soose' Alvarez, joué avec force par un jeune Anthony Quinn, est peut-être inclus pour stimuler le recrutement des minorités. Naturellement, Soose est deux fois le combattant de n'importe quel homme et reçoit des lettres de plusieurs petites amies latines.

Mais les vérités de base sur les difficultés et les tensions du combat réel restent intactes, et il n'y a pas de galanterie exagérée ou de combat scandaleux en vue, même un épisode où les Marines attaquent des résistants confinés dans des cavernes, soulignent les pertes par rapport à la puissance de feu.

L'attitude du public en temps de guerre peut se résumer par une scène qui se joue désormais de manière plutôt mièvre. Coincé dans un raid à la bombe dans un abri fragile, Jaeckel pleure doucement, Foster admet que tout le monde a peur, et William Bendix (qui était déjà un favori du public sentimental) fait un discours maladroit sur la prière même lorsque vous n'êtes pas un gars d'église, et comment le destin doit être entre les mains de "quelque chose de plus grand que nous". Apparemment, cette scène a touché juste les bons boutons dans la psyché de la guerre et a été acclamée dans les théâtres.

Le DVD de Fox de Guadalcanal Diary est un transfert impeccable qui a l'air mieux que l'impression de studio que Savant a vue à l'UCLA il y a trente ans. C'est tellement clair que de temps en temps, de vraies séquences de combat ressortent vraiment.Le seul extra est une bande-annonce, qui utilise une autre version de la scène de l'abri anti-aérien où Richard Jaeckel panique. L'art de la boîte du DVD présente un énorme gros plan d'Anthony Quinn, même s'il n'est qu'un joueur vedette sur la photo.

Le porte-avions « X » (son nom a changé pour protéger les « secrets » militaires) a l'ordre de traverser le Pacifique et de revenir, pour éviter les combats et être vu n'importe où sauf près de Midway. Après avoir convaincu l'ennemi que nos navires sont dispersés et que notre moral est trop bas pour s'engager dans la bataille, le porte-avions se présente à Midway pour l'aider dans une énorme bataille. Le capitaine Waddell (Charles Bickford) et le commandant de bord Bingo Harper (Don Ameche) dirigent le navire. Parmi les aviateurs frustrés se trouvent Hallam Scott (William Eythe), un acteur oscarisé qui n'est parfois pas fiable pour suivre les ordres Malcolm Brainard (Harry Morgan) un pilote rayé qui veut remonter dans un avion, Cookie Cunningham (Kevin O'Shea), un Ace qui pense qu'il a perdu le contact, et Ed Moulton (Dana Andrews), le chef de vol qui essaie de les maintenir tous ensemble. Mais quand ils croisent finalement les avions avec les Japonais à Midway, tous se montrent à la hauteur en tant que féroces guerriers.

De toute évidence présenté comme un stimulant pour le moral, Wing and a Prayer a probablement réussi comme divertissement léger à la maison, mais s'ils l'ont montré aux marins et aux pilotes de la Marine dans le Pacifique, je ne peux pas imaginer quelle aurait été la réaction. C'est le genre de film patriotique vraiment bleu qui est agréable à la fois pour lui-même et pour essayer de déterminer le raisonnement de propagande derrière certains de ses étranges complots.

Ce doit être la vision la plus étrange de la guerre dans le Pacifique depuis Air Force, ce spectacle entraînant où un B-17 semblait couler toute la flotte japonaise. Ici, nous avons la marine américaine dépeinte comme agissant comme son propre leurre, avec des aviateurs ayant reçu l'ordre de ne pas engager l'ennemi afin de donner l'impression que nous sommes des lâches, et ainsi endormir l'ennemi dans un faux sentiment de sécurité.

Les pistes tenaces n'ont pas grand-chose à faire mais représentent la détermination américaine. Dana Andrews personnifie simplement l'intégrité de la jeunesse, c'était avant que quiconque découvre qu'il pouvait agir. La blague téléphonique Don Ameche est très bien en tant que commandant hardass à la Warner Baxter. On se demande quel genre de carrière il aurait eu s'il n'avait pas été tapé comme un rien souriant dans tant de comédies musicales de Fox. Avec le recul, il rappelle aussi un peu l'officier sans humour de John Travolta dans The Thin Red Line, ne serait-ce qu'à cause de sa moustache et de son attitude sur le pont.

De tous les studios, Fox semblait le plus soucieux de se promouvoir tout en se divertissant en temps de guerre. Les films sont diffusés sur Carrier "X", les photos de Betty Grable, bien sûr, et le pilote vedette joué par William Eythe, qui a son Oscar fourré sous son siège de pilote, fait l'envie de ses pairs parce qu'il a embrassé tant de starlettes dans les films . 1

Il y a beaucoup d'action dans Wing and a Prayer qui combine un véritable stock de combat, avec des images de modèles nulle part aussi habiles que le travail de Warner ou de MGM. Mais vous ne pouvez pas le mépriser pour de l'ambition - à un moment donné, on nous montre le point de vue d'un pilote volant à travers les flammes d'un navire ennemi en feu. Une bombe moyenne fait exploser tout un cuirassé comme s'il s'agissait d'un dessin animé de Popeye, un standard pour tous les films de studio réalisés pendant la guerre. Les scénaristes d'Hollywood travaillaient définitivement sans l'aide de superviseurs techniques - un pilote héroïque est montré en train d'enfoncer son avion dans une torpille avant qu'il ne puisse frapper le porte-avions (ce que je peux imaginer faire un pilote japonais, mais pas l'un des nôtres, franchement), et le les officiers d'observation réagissent comme des entraîneurs de football qui regardent une pièce bien jouée. Il y a ici un équilibre entre le jeu d'équipe et le vol de showboat qui n'est pas fortement stressé, jusqu'à une fin agréable qui montre le personnage d'Ameche abandonnant un flyer perdu parce que la sécurité de l'ensemble du transporteur passe avant tout.

Je ne sais pas si c'est le premier "film de porte-avions" réalisé (30 secondes au-dessus de Tokyo ?) mais c'est un morceau de moral très intéressant. Les acteurs-spotters apprécieront de voir un Richard Jaeckel au visage de bébé (The Dirty Dozen) en tant que mitrailleur de queue mineur. Un jeune Harry Morgan (M*A*S*H de la télévision) fait également bonne impression.

Le DVD de Wing and a Prayer a l'air en parfait état, mais le transfert est un acarien compromis par les reflets blancs autour des objets sombres à l'écran. Celles-ci sonnent de nombreuses images et soulignent les gros titres des journaux à la lumière blanche. Dans l'ensemble, ce n'est pas trop gênant, mais on me dit que c'est le résultat d'un traitement numérique effectué sans discernement pour améliorer le contraste global et la puissance de l'image. Je pense que je préférerais plutôt laisser l'image de 1944 comme il se doit. Vous ne remarquerez peut-être même pas cette faille sur votre moniteur. Sinon, il s'agit d'un transfert fin et d'un disque solide, avec juste la bande-annonce attendue pour un supplément.

Le lieutenant très nerveux Carl Anderson (Richard Widmark) doit constamment prendre des analgésiques pop que lui donne le médecin soul 'Doc' Jones (Karl Malden) pour continuer. Ses Marines, piégés sur une île post-Guadalcanal, post-Tarawa, sont coincés par des roquettes japonaises et doivent partir en patrouille dangereuse pour connaître leur position. Son équipe colorée se compose du Sgt. Randolph Johnson (Reginald Gardiner), un interprète, le joyeux Pvt. Coffman (Robert Wagner), parfois nerveux Caporal Conroy (Richard Hylton), psychotique Pvt. 'Pretty Boy' Riley (Skip Homeier), journaliste Dickerson (Jack Webb), a démantelé Pvt. Slattery (Bert Freed), dur à cuire Sgt. Zelenko (Neville Brand), la recrue verte Private Whitney (Martin Milner) et le gentil Pidgeon Lane (Walter 'Jack' Palance).

Sorti en 1950, ce film de combat des Marines a sans doute été produit avant le déclenchement du conflit coréen, et n'a pas les attitudes confuses des quelques drames de guerre réalisés en parallèle de cette guerre. Il essaie d'être aussi fidèle que possible à l'expérience de combat et fait un assez bon travail, même si le brillant du bonbon Technicolor colore tout ce qui est en vue.

Avec des valeurs de production élevées et la participation active évidente de l'armée, The Halls of Montezuma montre une île atterrissant à la The Thin Red Line avec de très bonnes images couleur d'archives et des recréations à grande échelle. Les techniques de combat de Lewis Milestone de son célèbre All Quiet on the Western Front sont ici utilisées pour un hymne très peu pacifiste au Marine Corps, et la partition clairsemée se compose uniquement de normes patriotiques. Le thème est le prix élevé payé pour gagner une bataille, la plupart des acteurs intéressants (pratiquement tous les acteurs Fox disponibles sur la liste de paie) se faisant tirer dessus ou au moins blessés. C'est une pièce d'ensemble où Jack Webb à faible facture a plus de temps à l'écran et plus à faire que le meilleur chien Walter 'Jack' Palance. L'enfant le plus détesté de tout le monde, Skip Homeier (celui qui a tiré sur Gregory Peck dans le dos dans The Gunfighter) est pratiquement un dingue, et la série donne par inadvertance l'impression que le Corps des Marines peut utiliser des gars comme ça. Richard Widmark, professeur à l'agonie devenu soldat, souffre de migraines et se drogue constamment, un détail qui semble maintenant chargé d'une signification culturelle des années 50 mais qui a probablement beaucoup de vérité derrière lui. Il faudrait certainement que je me lance dans quelque chose, pour participer à des batailles comme celles-ci.

L'histoire est racontée directement, mais avec trois ou quatre flashbacks montrant les soldats à des époques antérieures. Cet appareil efficace a été vraiment abusé plus tard dans les années 50, pour injecter des femmes et de la romance dans des images comme Away All Boats ! , The Caine Mutiny , et surtout Battle Cry . Les cinéphiles étaient considérées comme ayant un droit de veto sur les films que la famille voyait. Les affiches de ces images avaient toujours des incrustations proéminentes avec les co-stars féminines, sortant d'images de navires s'affrontant ou d'hommes au combat.

La liberté de « devenir réel » à propos de l'expérience de guerre montrée dans des titres comme Twelve O'Clock High est montrée dans le dialogue, où les ennemis sont appelés Japs et Nips avec encore plus de force que pendant la guerre. Les Japonais sont d'abord montrés comme une série de visages sinistres sans expression. Une fois capturés, les hommes enrôlés se révèlent être des lâches pleurnichards et leurs officiers des fanatiques obsédés par la mort. L'attitude générale à leur égard se manifeste lorsque des lance-flammes à longue distance sont utilisés pour incinérer toute une gamme de casemates, pour le plus grand plaisir de nos héros marins vedettes de cinéma. Un véritable plan de combat en couleur d'un soldat en feu est entrecoupé. Il n'y a rien de malhonnête dans cet aspect du film, mais c'est un peu inconfortable. Je doute que The Halls of Montezuma ait ouvert grand à Tokyo.

Grand et coloré et avec beaucoup de bonnes futures stars dans le casting (garçon, Karl Malden a-t-il l'air hors de propos !), The Halls of Montezuma est une image de combat bien au-dessus de la moyenne, réalisée juste avant qu'Hollywood ne commence un révisionniste. contrecoup contre l'ensemble du genre.

Le DVD de The Halls of Montezuma est tout simplement génial. Ce n'est évidemment pas maîtrisé à partir des éléments Technicolor originaux, mais tout ce qu'ils ont utilisé est en très bon état, avec des couleurs fortes. La bande-annonce incluse ressemble à un film de recrutement du Corps des Marines et ne contient aucune des lignes de texte idiotes «citées» dans la scène d'annonce du camp de haut-parleurs dans M*A*S*H.

Le lieutenant de l'armée allemande sensible Christian Diestl (Marlon Brando) ne comprend pas les attitudes dures de ses pairs et de ses supérieurs et subit une lente démoralisation à mesure que la guerre se poursuit en Afrique du Nord. Pendant ce temps, le chanteur Michael Whiteacre (Dean Martin) est recruté et se lie d'amitié avec le judéo-américain Noah Ackerman (Montgomery Clift), qui tombe amoureux de Hope Ploughman (Hope Lange) avant de partir en Europe. Les soldats des camps opposés souffrent de leurs difficultés jusqu'à ce que leur destin se croise finalement dans un camp de concentration en Allemagne de l'Ouest, vers la toute fin du conflit.

Quand un film est décrit comme anti-guerre, la blague est maintenant que personne ne peut nommer un film pro-guerre. En réalité, tous les films de guerre sont pro-guerre lorsqu'il s'agit d'être une bonne publicité pour l'action, l'aventure, le danger et la camaraderie promis que le combat filmé rend si excitant. La vraie distinction dans les films de guerre se situe entre des images conservatrices comme The Halls of Montezuma, qui recrutent essentiellement des annonces pour les services armés, et des émissions libérales qui prétendent transmettre le message que la guerre est cruelle, inutile et déshumanisante. Les soldats de combat le savent déjà, et les cinéphiles hochent la tête d'un air pensif tout en profitant de l'action et de la violence déshumanisantes. S'inspirant d'écrivains de mémoires de guerre comme James Jones, l'Amérique a passé vingt ans à interpréter la guerre sous forme imprimée. Attaque! utilisé le gore et l'indignation et a soulevé quelques sourcils, et d'autres films comme From Here to Eternity et The Caine Mutiny ont vu leurs bords plus rugueux émoussés par la pression officielle. Finalement, le genre s'est effondré dans une pure évasion basée davantage sur des thèmes d'action que sur la force littéraire ( Von Ryan's Express, The Dirty Dozen ). À peu près au milieu du mouvement libéral sont venus The Young Lions . Considéré comme l'Apocalypse Now de son époque, ce festival d'acteurs méthodiques semble maintenant juste une curiosité envahie, principalement grâce à la mauvaise direction d'Edward Dmytryk.

Déjà responsable de la ruine du comté de Raintree, Dmytryk a le don de tourner chaque scène de manière si plate que The Young Lions joue comme une procession de gros plans disloqués et de décors peu convaincants. Les acteurs se débrouillent bien dans les circonstances, et bien sûr Montgomery Clift et Marlon Brando sont fascinants à regarder, mais le film en souffre.

Le script est le vrai coupable, car il ne s'agit en réalité que d'une situation de stock après l'autre, s'élevant généreusement de James Jones. L'épreuve de Clift par le combat contre ses propres soldats antisémites, suivie de la réprimande de l'armée à l'encontre de l'officier qui a permis que cela se produise, fait perdre une demi-heure en vous donnant l'impression de regarder un remake ennuyeux du film de Zinnemann. L'allemand légèrement "sympathique" des films de guerre précédents (oh, The Desert Fox pour un) émerge ici à part entière comme un rebelle incompris sans croix gammée. Nous découvrons que notre officier allemand torturé est vraiment un gars sympa qui préfère skier avec ses copains amoureux de la vie. Je pense que n'importe qui dans le corps des officiers allemands avec le maquillage éthique de Christian Diestl aurait reçu la botte de fer, ou aurait appris à réprimer fortement ses tendances, bien avant d'atteindre le grade de lieutenant.

Amoureux de ses propres ironies, The Young Lions aborde les grands sujets mais n'en aborde aucun. La romance touchante de Clift avec Hope Lange passe une scène entière à mettre en place un conflit antisémite qui s'évapore ensuite. Au final, l'émission tente de s'attaquer aux problèmes des camps d'extermination. Notre honnête héros allemand est écoeuré de découvrir ce qui se passe là-bas, une révélation qui l'envoie dans les dernières étapes de la confusion mentale. Nous obtenons la fin rythmée requise et une belle coda commerciale avec le retour de Clift dans sa nouvelle famille à New York.

Les Young Lions représentent également deux évolutions de carrière majeures. C'est le premier film américain de Maximillian Schell, et il a fait une impression en tant qu'intellectuel qui l'a lancé dans une ascension lente mais régulière vers la célébrité. C'est le premier rôle sérieux de Dean Martin après la rupture de Jerry Lewis, et il représente un joli contraste avec les stars de la méthode, étant plus une personnalité d'acteur non forcée comme Robert Mitchum qu'un talent qualifié. Il n'est pas aussi en contrôle ici qu'il l'est dans Some Came Running de la même année, mais il n'est pas du tout mauvais, sauf dans sa scène londonienne ivre. Quant aux femmes du film, Barbara Rush est à la fois séduisante et intelligente dans son rôle, ayant obtenu son diplôme de films de science-fiction comme It Came from Outer Space et When Worlds Collide. May Britt fait aussi bien en tant que femme aux promiscuité de Schell qui séduit Brando. En tant que petite amie française de Brando, Lillianne Montevecchi semble avoir accompagné Dino d'une de ses dernières comédies.

La principale plainte avec le spectacle est qu'il semble si bon marché et plat, la même qualité que Dmytryk était en quelque sorte en mesure de transmettre au très cher Raintree County. Tout l'argent doit avoir été investi dans les acteurs, car ce n'est pas dans la production. La moitié d'une scène en Afrique du Nord est volée (je pense) à The Immortal Sergeant, un ancien film de Fox. Les plans de stock ne se mélangent pas très bien avec le nouvel objectif CinemaScope, en particulier ceux qui viennent d'être coupés à plat et autorisés à s'écraser horizontalement. Les Allemands circulent dans des jeeps de l'armée américaine. De grandes parties de nombreux extérieurs jouent contre les projections arrière et les murs vierges. La bande-annonce souligne en particulier la grande carrière du producteur Al Lichtman en tant que "pionnier du cinéma". mais un coup d'œil à son crédit de long métrage dans l'IMDB et vous vous rendez compte qu'il a dû être le pionnier du secret de garder le budget de production pour lui-même.

Le DVD de Fox de The Young Lions a l'air propre et soigné, et s'étend bien en noir et blanc. Cela met en évidence toutes ces lacunes de production, mais vous donne une place au premier rang pour tous les bons acteurs en vue. Le seul extra est la bande-annonce comme le reste des titres de la série, l'illustration du package est de premier ordre.

Le général George S Patton (George C Scott) parvient à se distinguer avec un corps de chars en Afrique du Nord, mais se voit attribuer une position secondaire lors de l'invasion de la Sicile. Rétrogradé et censuré après avoir giflé un éventuel simulacre, il passe six mois sur le banc tandis que d'autres commandants obtiennent des postes de prix pour le jour J. Son ancien allié le général Omar Bradley (Karl Malden) lui donne finalement une autre armée à la pointe de chars, avec laquelle il déchire la France en un temps record, puis se rend à Bastogne pour sauver les GI's piégés dans la bataille des Ardennes.

Patton existe à peu près en dehors de la tradition du film de guerre hollywoodien, étant plus une épopée de roadshow qui a néanmoins une concentration très non-roadshow sur les faits documentaires plutôt que sur la fiction. La bataille des Ardennes de Cinerama avait été une telle invention que les célébrités militaires ont refusé de l'approuver, mais ici, en plein milieu de la guerre du Vietnam, est venu un film sur un faucon de guerre qui a joué aux préjugés du public à gauche et à droite, simplement en utilisant les contradictions déjà présentes dans la figure chimérique de Patton.

Mort très peu de temps après la guerre, Patton n'a jamais eu la chance de générer une image d'après-guerre de lui-même, ou de devenir une figure paternelle inattaquable comme Eisenhower. Son amour de la guerre classique et sa vanité prima donna ne semblent pas à première vue compatibles avec son caractère rugueux et ses tactiques impitoyables. Les écrivains Coppola et North l'approuvent finalement simplement parce que sa volonté de tout sacrifier pour la victoire est si compatible avec l'esprit de guerre lui-même. Patton ne fait aucune distinction entre ses objectifs personnels et celui de la guerre qu'il mène, il est fascinant car il semble incarner le concept même de guerre. En gardant le conflit de l'histoire à ce niveau (Patton contre tout le monde, et lui-même aussi), Patton a évité d'être entraîné dans le bourbier actuel du Vietnam, une position lucide qui a malheureusement trouvé un identifiant prêt à Richard Nixon, qui a projeté le film au Maison Blanche juste avant d'envahir le Cambodge. 2

Patton laisse quelques batailles complètes près du début colorer le reste du film et s'appuie sur des montages de combats très bien mis en scène plus tard, pour éviter d'être une épopée d'action répétitive et boum-boum. Tourné dans des lieux crédibles, avec seulement le manque de chars Sherman d'origine pour garder les choses réalistes, il joue plus rapidement qu'un film d'actualités, même d'une durée de trois heures. Les batailles politiques entre Patton et ses pairs Omar Bradley (Karl Malden, encore mieux que George C. Scott) sont drôles et engageantes. La querelle de Patton avec le Field Marshall Montgomery écrase complètement l'idée que les États-Unis et l'Angleterre étaient des alliés avec des objectifs uniformément communs. Eisenhower est, pour une raison quelconque, tenu à l'écart du tableau, restant une présence invisible et non critiquée. Avec son ouverture semi-abstraite, mettant en vedette le général nous expliquant comment les Américains se rapportent à la bataille, et sa conclusion discrète, avec le même homme bavardant des remarques inutiles et incendiaires contre les Soviétiques, Patton est une image pensante, probablement le film le plus réfléchi sur la politique de guerre jamais faite.

Il s'agit d'une édition non spéciale du premier disque de l'ensemble de deux disques Patton d'il y a quelques années, et la fonctionnalité a un transfert de haute qualité identique. L'image est tout aussi vraie et nette que les tirages de cinéma Dimension-150, comme en témoignent les lignes parfaites du drapeau américain géant dans la première scène. A ce bas prix, c'est une aubaine incroyable.

Sur une échelle d'Excellent, Bon, Passable et Mauvais,
Tarifs Agenda Guadalcanal :
Film : Bon
Vidéo : Bien
Son : Bon
Suppléments : Remorque
Conditionnement : étui Amaray
Révisé : 28 octobre 2001

Sur une échelle d'Excellent, Bon, Passable et Mauvais,
Tarifs de l'aile et d'une prière :
Film : Bon
Vidéo : Bien, avec de légères réserves
Son : Bon
Suppléments : Remorque
Conditionnement : étui Amaray
Révisé : 28 octobre 2001

Sur une échelle d'Excellent, Bon, Passable et Mauvais,
Tarifs des salles de Montezuma :
Film : Bon
Vidéo : Excellent
Son : Bon
Suppléments : Remorque
Conditionnement : étui Amaray
Révisé : 28 octobre 2001

Sur une échelle d'Excellent, Bon, Passable et Mauvais,
Les tarifs des Jeunes Lions :
Film : Bon
Vidéo : Excellent
Son : Bon
Suppléments : Remorque
Conditionnement : étui Amaray
Révisé : 28 octobre 2001

Sur une échelle d'Excellent, Bon, Passable et Mauvais,
Tarifs Patton :
Film : Excellent
Vidéo : Excellent
Son : Excellent
Suppléments : Bande-annonce, essai audio sur le Patton historique
Conditionnement : étui Amaray
Révisé : 28 octobre 2001

1. Le personnage d'Eythe semble avoir été une inspiration pour Wild Bill Kelso en 1941, il vérifie l'Oscar caché sous son siège comme Kelso vérifie sa poupée à presser, et chante "Deep in the Heart of Texas" tout en tirant son aile- canon au rythme.
Revenir

2. Une connexion qui a peut-être été une simple coïncidence mais qui a maintenant fait boule de neige dans l'histoire américaine.
Revenir


Les salles de Montezuma

The Halls of Montezuma est un jeu rapide de la guerre du Mexique qui vous ramène à l'ère de Manifest Destiny. The Halls of Montezuma est un jeu de cartes, permettant aux joueurs de recréer les divers événements et actions au Mexique de 1846 à 1848. La distribution historique des personnages est ici, de Doniphan à Arista, de Scott à Santa Anna. Même Lee, Jackson, Beauregard et Grant font des apparitions.

Le jeu de cartes de stratégie vous permet de déplacer vos forces, de provoquer des événements, d'activer la flotte, de sécuriser le contrôle de vos lignes de communication et même d'envahir le Mexique avec le général Scott.

Le résultat n'est jamais gagné d'avance. La victoire vient de la réduction à zéro de la volonté politique du Mexique, mais l'issue de chaque bataille est incertaine - quelques troupes performantes peuvent vaincre de nombreuses troupes mal performantes. Le Mexique peut remporter une victoire rapide par mort subite avant que les États-Unis n'aient déclaré la guerre et puissent mettre leur force à contribution.

Santa Anna arrivera-t-elle tôt et reprendra-t-elle Tejas ?

Le général Scott peut-il prendre Mexico ?

Jouez aux Salles de Montezuma et découvrez-le !

Livret de règles
Jeu de 110 cartes Stratégie et Action
Une feuille de carte 22x34
Cartes d'aide au joueur
Carte de démarrage rapide
Deux feuilles de comptoir de 5/8 pouces

CONCEPTEURS Michael Welker et David Fox
DÉVELOPPEUR William Cooper
COUNTER ART Rodger B. MacGowan & Mark Simonitch
CARTE ART Tim Schlief
ART DE LA CARTE Mike Simonitch

HoM propose un seul scénario de campagne jouable en deux à trois heures, compte tenu des conditions de victoire par mort subite. Cela rend le jeu idéal pour une soirée de jeu amical ainsi que pour les tournois et le jeu par e-mail.

Si vous aimez les autres CDG, HoM vous présente la guerre américano-mexicaine dans un format qui rappelle l'élégance du design et le temps de jeu de We The People ™, le jeu révolutionnaire de Mark Herman. HoM utilise des mécanismes et des cartes pour capturer l'excitation, la tension et l'incertitude de ce conflit rarement simulé de l'histoire américaine, la guerre qui était un terrain d'entraînement pour tant de généraux qui deviendraient de féroces ennemis dans un conflit ultérieur.

Le Mexique peut-il émerger comme une nouvelle puissance nord-américaine ou les États-Unis accompliront-ils leur destin manifeste ?


Casca: Salles de Montezuma, Tony Roberts - Histoire

John A. Quitman est l'un de ces citoyens américains qui ont laissé leurs empreintes sur de nombreux aspects différents de l'histoire des États-Unis, cependant, très peu de gens connaissent aujourd'hui son nom.

C'est le type d'homme du début des années 1800 dont la vie peut être utilisée pour enseigner la colonisation de l'arrière-pays, la philosophie des planteurs et les machinations politiques de Manifest Destiny à l'élection de James Buchanan. Ces machinations comprennent une croyance enragée dans les droits de l'État, l'annexion de Cuba et les actions du Congrès au milieu des années 1850, une période très mouvementée.

Quitman a commencé sa vie à New York et, après s'être installé dans une carrière d'avocat, il s'est rendu à Natchez, dans le Mississippi, avec son ami John McMurran pour voir ce que la ville la plus riche d'Amérique avait à offrir à deux jeunes lames. Il a rapidement rejoint de nombreuses organisations d'hommes, y compris des groupes contre le duel et le jeu. Lui et McMurran se sont tous deux mariés dans la très riche famille Turner par des sœurs de mariage. McMurran et sa femme vivaient à Melrose. J'ai écrit à ce sujet ici. Quitman et sa femme se sont finalement installés à Monmouth, l'une des plus anciennes maisons de Natchez et l'une des plus belles auberges bed and breakfast aujourd'hui.

Si vous ne l'avez pas encore deviné, John A. Quitman est le propriétaire du mouchoir que j'ai posté pour mon entrée sans mots cette semaine. L'histoire raconte qu'Eliza Quitman a fait le mouchoir pour son mari et l'a donné à salutm alors qu'il partait pour la guerre. Remarquez à quel point il est grand. Apparemment, le mouchoir ne servait qu'à se moucher. Quitman utilisait également le mouchoir pour signaler ses hommes sur le champ de bataille. Cela n'a-t-il pas de sens ? Il n'y avait pas de téléphones portables ni de télégraphe pendant l'indépendance du Texas ou la guerre américano-mexicaine. Quelle meilleure façon pour les hommes de Quitman de le repérer sur un champ de bataille chaotique ? Cela ressemble à une bonne histoire, mais je n'ai trouvé aucune preuve tangible pour la soutenir. Il est fièrement encadré et placé sur le mur de Monmouth et occupe une place de choix dans la visite.

La guerre américano-mexicaine a été le premier test de Manifest Destiny. Cela a été causé par le désir des Américains de s'étendre vers l'ouest jusqu'à l'océan Pacifique. Manifest Destiny n'a pas sanctionné la violence, mais il n'a pas tenu compte du fait que des centaines de personnes vivaient déjà dans les territoires occidentaux. En 1835, les États-Unis ont proposé d'acheter la Californie au Mexique pour 5 millions. Il a été refusé. En 1845, 25 millions sont offerts mais refusés. Une autre cause de la guerre américano-mexicaine était l'annexion du Texas. C'était une gifle pour le Mexique. Ils étaient toujours énervés par le fait qu'ils avaient perdu le Texas pour commencer. Les frontières sont devenues un sujet brûlant et le Mexique a menacé de faire la guerre. Sans être trop verbeux ici, une fois la guerre commencée, Quitman était l'un des six généraux de brigade nommés par le président Polk pour commander des régiments volontaires. Il n'a laissé tomber personne.

Au moment où Quitman commandait des hommes en guerre, il avait déjà étudié au séminaire, enseigné les lettres classiques au séminaire de Hartwick et enseigné au Mt. Airy College. Il a pratiqué le droit, a été administrateur de l'académie et de l'université d'État du Mississippi et a siégé à la législature de l'État du Mississippi. Pendant un certain temps, une bizarrerie de la loi de l'État lui a permis d'occuper le poste de gouverneur. En 1836, il a levé un corps de volontaires pour aider les Texans dans la lutte pour leur indépendance. développé et opmanger en même temps.
Une fois au Mexique, Quitman semblait être partout. Il a immédiatement signalé au général Zachary Taylor à Carmago et a été remarqué lorsqu'il a combattu à la bataille de Monterey lorsqu'il a agressé avec succès Fort. Tenerice avant d'avancer dans la ville. Pendant le siège de Vera Cruz, Quitman a mené un assaut contre Alvarado avec les forces navales de Matthew Perry (oui, ce Matthew Perry). Il était également à Puebla où ses actions lui ont valu d'être breveté major-général et il a finalement reçu une épée du Congrès qui est montrée à Monmouth aujourd'hui. L'épée est l'une des quatorze épées jamais décernées par le Congrès.

On se souvient mieux des contributions de Quitman à la guerre de la bataille de Chapultepec où le château a été pris d'assaut sur deux fronts. Quitman est finalement entré à Mexico par la porte de Belen. La photo publiée ci-dessous montre Quitman menant des Marines dans la ville. Remarquez qu'il manque une chaussure à Quitman.

Ce qui suit est tiré du site Web du club aztèque qui est l'organisation originale des hommes qui ont combattu pendant la guerre. Quitman a été leur premier président. Sur le site, il est indiqué :

Dans son œuvre classique en deux volumes, La guerre avec le Mexique (Macmillan Co., NY. 1911), Justin Smith, peut-être le plus éminent historien de la guerre du Mexique, a écrit :

“Lorsque la première lueur de l'aube a brillé derrière les volcans gris et que notre canon à Belen Gate garita était sur le point d'ouvrir le feu, un drapeau blanc et une invitation à entrer dans la capitale ont atteint Quitman. Tout d'abord, s'assurant qu'il n'y avait pas de tromperie, il avança et après s'être arrêté environ une demi-heure à la citadelle, il avança sous un soleil splendide jusqu'à la grande place, qui faisait face au palais et à la cathédrale, avec [Persifor] Smith’s Brigade, le Marines, les volontaires de New York et la batterie de Steptoe’s.

En tant que procession triomphale, la commande avait l'air plutôt étrange. Quitman et Smith marchaient à pied à sa tête --- le premier avec une seule chaussure et derrière eux venaient des troupes décorées de boue, de taches rouges de bataille et de bandages rugueux, portant des armes à des angles assez aléatoires.

La ville n'était pas moins étonnante, car les trottoirs, les fenêtres, les balcons et les toits étaient bondés de monde. Hormis le silence, les innombrables mouchoirs blancs et les drapeaux étrangers, on aurait pu penser que c'était un jour férié. Devant le palais, qui remplissait le côté est de la place, les troupes se formaient en ligne de bataille. Les officiers prirent place au front, et lorsque le capitaine Roberts hissa un drapeau américain marqué par la bataille sur l'état-major du palais à sept heures, des armes furent présentées et les officiers saluèrent.

Bientôt, de fortes acclamations ont été entendues. Quelques carrés plus loin, le commandant en chef, escorté de cavalerie à l'épée nue, était arrivé au commandement de Worth, qui s'était arrêté à six heures sur ordre en face des hauts frênes de l'Alameda. Un cliquetis de sabots galopants suivit et dans un autre moment, au milieu des applaudissements involontaires des Mexicains, le général Scott, vêtu d'un uniforme complet et monté sur un grand et lourd chargeur de baie, se précipita avec son personnel et les dragons de Harney sur la grande place. 8212sa noble figure, épaulettes d'or et panaches enneigés, resplendissantes sous le soleil brillant, illustrant bien la gloire invisible de son armée négligée et souple…

D'un ton de stentor, le commandant en chef nomma Quitman gouverneur de la ville

Vous pouvez voir le rapport officiel du major-général Winfield Scott ici.

Certaines sources affirment que Quitman est le seul Américain à avoir jamais régné depuis un palais national. De plus, les actions des Marines à Chapultepec leur ont valu la ligne "des salles de Montezuma" dans l'hymne marin (j'ai écrit sur "les rives de Tripoli" ici).

Une fois que Quitman est revenu au Mississippi, il était à nouveau gouverneur. En 1856, il a été nommé à la Convention nationale démocratique comme une possible nomination de vice-président, mais n'a pas été nommé. Il a servi au Congrès où il a affirmé que les États avaient le droit de faire sécession. Il est également crédité d'avoir été l'un des premiers à évoquer l'idée des États confédérés d'Amérique. Le travail de Quitman a pris fin tragiquement après avoir assisté à un dîner pour James Buchanan. Le poison a été suspecté après que plusieurs hommes soient tombés malades. Quitman s'est attardé pendant un certain temps mais est finalement décédé de ce qu'était un état qui était la National Hotel Disease.


" Avons-nous des fans de Casca ?" Sujet

Tous les membres en règle sont libres de poster ici. Les opinions exprimées ici sont uniquement celles des affiches et n'ont pas été approuvées ni approuvées par La page des miniatures.

N'oubliez pas de ne pas faire d'annonces de nouveaux produits sur le forum. Nos annonceurs paient pour le privilège de faire de telles annonces.

Centres d'intérêt

Article de nouvelles sur les loisirs en vedette

WFGU : règles désormais disponibles via Amazon Australie

Lien récent en vedette

WIP multi-projets de la Seconde Guerre mondiale

Ensemble de règles en vedette

Article de présentation en vedette

Transporter les Simiens

Comment stocker et transporter une armée de singes géants ?

Article présenté sur l'atelier

Base pour supports de 15 mm

Rédacteur en chef Bill montre une façon de baser des figurines de 15 mm sur un support.

Article de profil en vedette

Rapport de Guerres de Bayou 2006

L'éditeur se dirige vers Vicksburg.

990 visites depuis le 9 octobre 2008
�-2021 Bill Armintrout
Commentaires ou corrections ?

Je n'ai pas lu la série moi-même, mais je crois comprendre qu'elle a été relancée sous son troisième auteur. En juin 2008, le 27e tome de la série, Le confédéré, a été libéré.

Oui, j'ai lu plusieurs livres de Casca. Pas depuis longtemps, cependant.

J'en ai lu quelques-uns à la fin des années 80, je pense. Ils étaient d'accord pour lire « duveteux ».

J'en ai vu un peu partout mais je n'en ai jamais pris. Cornwall et Jordan étaient mes écrivains de fiction historiques préférés.

J'ai lu celui où les Sassanides l'ont brûlé vif sur le bûcher, mais étant immortel…

Oui, je les ai lus et appréciés au lycée. Bon Pablum pour le cerveau.

J'ai aimé la réplique de Panzer Soldier, où son tireur le professeur d'histoire s'interroge à haute voix sur la retraite de Napoléon et le simple "Non, il faisait plus froid"

J'ai la plupart des séries et j'en ai lu une bonne partie il y a quelque temps. Je pense que j'ai acheté l'ensemble pour moins de 10 $ / 160 USD dans une librairie à moitié prix.

Je les ai lus il y a longtemps, ils étaient amusants, surtout au début de la série.

J'ai toujours eu un peu pitié de Barry Sadler et bien sûr de sa fin bizarre.

J'ai vu la série se vendre récemment sur Ebay pour un peu plus de 400 $ & 133 ..

J'utilise son nom, Casca, pour jouer à des jeux de tir à la première personne en ligne. Semble fonctionner car je meurs souvent, mais je reviens toujours à la vie pour me battre à nouveau.

Je viens de donner toute la série à une librairie d'occasion locale.

Certains des premiers écrits descriptifs de Sadler étaient, pour être
très direct, bizarre…

Les livres étaient courts, violents et rapides. Rien de cette bouillie dramatique de longue haleine.

Je les aime, même si beaucoup peuvent snober le style d'écriture comme étant non raffiné.

Regarde ce fil plus ancien :

J'ai adoré tout le truc de la "Fraternité de l'Agneau". Entre ça et le fait que Casca soit immortelle, ça m'a rappelé la série Highlander qui est sortie bien plus tard.

J'ai toute la série des livres Casca de Barry Sadler, plus les deux "tentatives" de Paul Dengelegi.

Les livres de Sadler étaient très amusants, rapides à lire avec beaucoup d'action et quelques rebondissements en cours de route.

Les deux livres de Dengelegi (Liberator et Defiant) étaient presque illisibles - mal écrits, mal tracés, mal édités. J'ai réussi à les terminer tous les deux, mais c'était une tâche difficile.

Je n'ai pas encore acheté les Tony Roberts Cascas (Halls of Montezuma, Johnny Reb, Confederate, Avenger), mais on dit qu'ils sont meilleurs que les efforts de Dengelegi, mais pas à la hauteur des normes de Sadler, telles qu'elles étaient. Peut-être que je vais les ramasser et avoir une session marathon Casca pendant les vacances de Noël.

Moi aussi, j'ai lu Casca il y a plus de 20 ans. d'accord

J'ai récupéré les 5 ou 6 premiers lorsque j'ai visité les États-Unis avec mes parents. J'avais 21 ans, c'était il y a 26 ans. Je suis tombé amoureux d'une jeune serveuse appelée Shirley Wangle à Pheonix (au Best Western, je me souviens) – ne s'est jamais rencontrée mais a fini par correspondre pendant quelques années ……………&# 133…oh la jeunesse est tellement gaspillée sur le Jeune. De retour à Casca (!) Je les ai vraiment appréciés et j'ai suivi la série au Royaume-Uni jusqu'au numéro 12 environ, lorsqu'il s'est concentré sur les temps modernes. J'ai perdu tout intérêt et je me suis débarrassé d'eux tous sauf le premier que je lisais toutes les quelques années.

Je les ai presque tous lus à leur sortie. C'était un grand changement par rapport à tous les clones de Mack Bolan. Je les ai vraiment appréciés.

Je parlais justement de cette série avec mon beau-père et moi quand on regardait "King of Kings" à Noël


Nouvelle fiction historique, premiers livres

Ce sujet est actuellement marqué comme "dormant"&mdashle dernier message date de plus de 90 jours. Vous pouvez le réactiver en postant une réponse.

1DWilkin

2DeltaQueen50

Je ne sais pas si je comprends exactement ce que vous recherchez - de nouveaux auteurs pour vous ou des auteurs qui viennent de sortir leur premier livre ? Quoi qu'il en soit, j'ai compilé une petite liste de romans historiques assez récents.
The Kitchen Boy 2003, Rasputin's Daughter 2006 et The Romonov Bride 2008, tous de Robert Alexander - considérés comme une série, mais chaque livre est indépendant.

The Religion 2006 de Tim Willocks, sur le siège de Malte par les Ottomans en 1565.

Beneath a Marble Sky 2006 de John Shors sur la construction du Taj Mahal en Inde.

Temple Dancer 2006 et Tiger Claws 2008 également sur l'Inde, en se concentrant également sur l'empire Mogul.

The Year Of Wonders 2001 de Geraldine Brooks raconte l'histoire d'un village qui se ferme lorsqu'il est frappé par la peste bubonique.
Geraldine Brooks a également écrit en mars 2005 sur la guerre de Sécession, basé sur le père de Little Women, et People of the Book 2008 qui, bien que je n'aie pas encore lu, reçoivent beaucoup de bonnes critiques ici sur LT.

Etta 2009 de Gerald Kolpan (premier livre publié je crois) sur Etta Place qui était la compagne du Sundance Kid du Hole In The Wall Gang.

J'espère que c'est en partie ce que vous recherchez.

3brenzi

J'aime la fiction historique. Je suggérerais ces titres que j'ai récemment lus et aimés :

Un fil de grâce - Mary Doria Russell
La colonie des rêves non partagés - Wayne Johnston
Le voyage du narval - Andrea Barrett
La rivière secrète - Kate Grenville

4pkw87

J'ai adoré The Blood of Flowers à propos d'une femme anonyme fabricante de tapis en Perse du 17e (ou 18e ?) siècle. J'ai d'ailleurs écouté la version audio.

Je suis aussi en train de terminer The People of the Book (également la version audio). J'aime particulièrement que sa structure soit une série d'histoires courtes dans un récit plus long.

5AngeTaormina

6DWilkin

7AngeTaormina

8TheFlamingoLire

9DWilkin

10Carolyn Schroeder

fourrage pour la cupidité, la structure de notre pays, etc. Vous apprendrez aussi une chose ou deux.

11avaland

Je recommanderais The Seamstress de l'auteur brésilien Frances De Pontes Peebles que je viens de terminer. Je pense qu'il sortira en livre de poche ici aux États-Unis cet été. C'est excellent.

12tricot occupé

13Manthepark

14torontoc

15gwernin

Si nous laissons réellement les gens se recommander sur ce fil, je mentionnerai mes deux livres (environ trois) qui se déroulent au 6ème siècle au Pays de Galles. Voir mon profil pour plus d'informations -) Le deuxième livre est également sur Member Giveaways maintenant.

(et non, je ne fais pas ça d'habitude. -)

16DWilkin

Vous recommander n'est pas vraiment ce que je considérerais comme une excellente recommandation. Vos livres ont été examinés, mais dites-m'en un peu plus à leur sujet. Il semble que vous vous êtes auto-édité. Avez-vous d'abord essayé de publier traditionnellement ? Des dizaines de refus et ensuite allé à Lulu ? Ou avez-vous tout de suite relevé le défi de l'auto-édition ?

Vous vendez bien ? Parce que si votre livre est alors une fiche ici n'est pas aussi déplacé qu'un livre qui n'a pratiquement pas de ventes par d'autres moyens, je pense. Avez-vous essayé de vendre vos livres à des éditeurs historiques comme McBooks press ?

J'ai moi aussi une formation dans le SCA, et je sais que c'est une ressource pour la période médiévale.

17DWilkin

18gwernin

16 : (1) Eh bien, c'était une mention, pas une recommandation -) Je laisserai les gens regarder mes critiques et tirer leurs propres conclusions.

(2) Je n'ai pas essayé la voie traditionnelle pour diverses raisons, dont j'ai discuté sur mon fil de discussion d'auteur plus tôt cette année. J'ai auto-publié le premier livre à titre d'expérience, j'ai aimé les résultats et j'ai continué de cette façon. (Cela étant dit, j'ai été récemment contacté par un petit éditeur qui s'intéresse à la série.) Je vends bien sur amazon avec pratiquement aucune promotion autre que quelques critiques en ligne (liens vers des critiques sur mon blog), avec des ventes totales approchant maintenant les 1 000 exemplaires.

Je suis actuellement impliqué dans une série de cadeaux pour les membres en tant que promotion, et j'ai également des exemples de chapitres disponibles en ligne sur mon deuxième blog -)
J'ai été actif sur LT au cours de la dernière année et je me suis joint au départ pour cataloguer ma bibliothèque de référence, pas à la recherche de sites de promotion de livres -)

(3) Au SCA, je suis un conteur et un barde spécialisé dans le matériel gallois du début du Moyen Âge. Le premier livre est en partie né de cela et a ensuite pris une vie propre, comme c'est parfois le cas. En tant que ressource, le SCA a ses avantages et ses inconvénients, mais c'est un excellent environnement pour la recherche pratique/l'archéologie expérimentale !

19gwernin

20DWilkin

Si quelqu'un trouve de nouvelles fictions historiques des premiers écrivains, j'espère que c'est l'endroit pour les énumérer.

21emvic

22SaraHope

Oook, voici quelques premiers romans historiques récents qui ont reçu un avis positif (c.

The Piano Teacher de Janice Y. K. Lee (situé à Hong Kong dans les années 1950)
The Help de Kathryn Stockett (situé dans le Mississippi dans les années 1960, raconté du point de vue de deux servantes noires et d'une femme blanche)
Hotel on the Corner of Bitter and Sweet de Jamie Ford (situé dans les années 1940 et 1980, le personnage principal, un sino-américain, se souvient de son amitié avec une jeune fille japonaise qui a été envoyée dans un camp d'internement pendant la Seconde Guerre mondiale)

J'appuie David Liss, même si je n'ai lu que sa première liste.

23Cariola

24carolinemaks

25Mkarpovage

Couronne de serpents par (moi) Michael Karpovage. Je viens de le sortir le mois dernier. www.crownofserpents.com Techniquement, ce n'est pas une fiction historique, je suppose puisqu'elle se déroule de nos jours, mais son prologue est en 1779 et le reste du roman est entièrement basé sur de véritables événements historiques avec les francs-maçons, les Indiens iroquois et histoire militaire. Faites moi savoir si vous avez des questions.

26Cariola

27MikeBriggs

28ericae

J'ai adoré The Dress Lodger de Sheri Holman qui se déroule dans l'Angleterre victorienne rugueuse, à propos d'une jeune femme qui se vend pour sauver son bébé, né avec un défaut remarquable. Les articles médicaux dans le livre sont excellents, ainsi que les descriptions des poteries - les usines où les ouvriers creusent l'argile et la forment.

Aussi Alias ​​Grace de Margaret Atwood et aussi l'auteur Hilary Mantel, en particulier son The Giant, O'Brien, également plein de trucs médicaux antiques.

29Cariola

30roxieb

31Roman-éventail

32William100

33Site de Casca

Pour ceux qui aiment la fiction historique axée sur l'action, je proposerais mes histoires dans la série Casca. Bien que j'aie écrit 5 romans, le premier en 2006, je pense que je suis toujours classé comme un « nouvel » auteur. Ces livres ne sont pas encore disponibles dans les grands magasins et ne peuvent être achetés que sur amazon.com ou sur mon propre site Web http://www.casca.net

Les 5 romans à ce jour (un autre sortira en juillet) sont :
Casca 25 : Salles de Montezuma, Casca 26 : Johnny Reb, Casca 27 : Le Confédéré, Casca 28 : Le Vengeur et Casca 30 : Le Soldat de Napoléon.

Casca est le soldat romain qui a transpercé Jésus sur la croix et a été maudit à l'immortalité pour cette action. La série suit ce mercenaire immortel à travers les âges. En tant que soldat, il est présent à de nombreuses guerres ou batailles célèbres de l'histoire.

34gwernin

35Cariola

36dskins

37KirbyMcCord

La fiction historique est si vaste qu'il est difficile de répondre à votre question. Il y a la romance historique, il y a le mystère historique, il y a l'histoire révisionniste et il y a au moins trois sortes de fiction historique classique. En outre, de nombreuses personnes ont des périodes particulières de l'histoire qui les intéressent.

Je dois dire que le roman historique ne fait rien pour moi, donc je ne peux faire aucune recommandation.

Le mystère historique peut être des polars classiques comme la série d'Elizabeth Peters (qui sont formidables parce que vous visitez en fait deux fois - l'Angleterre édouardienne et l'Égypte ancienne, et plusieurs cultures, y compris l'islam du XXe siècle), ou des mystères axés sur la culture comme les intrigues du XVIIIe siècle de David Liss ou les mystères romains antiques de Steven Saylor.

Ce que j'appelle l'histoire révisionniste est le genre d'histoire "et si" qui révise des événements historiques réels (Newt Gingrich), souvent à travers des moyens de science-fiction/fantastique comme le voyage dans le temps (Harry Turtledove).

La fiction historique classique implique soit uniquement des individus fictifs révélant la culture, les préjugés, etc. (Alcott, Stevenson), comment les individus fictifs ont affecté l'histoire ou sont affectés par l'histoire (Scott, Dickens, Henty, Hemingway, Wellman, Michener), personnages (Shaara, Nevin, Crook).

Mes favoris personnels ont tendance à impliquer des situations et/ou des styles bizarres. Par exemple, la série d'Harold Schechter racontée du point de vue du jeune Edgar Allen Poe est magnifique (Nevermore, Humbug), bien que vieille de quelques années. Il est en même temps capable de se moquer du style d'écriture fantastique de Poe tout en démontrant une forte affection pour lui. Ajoutez des personnages inhabituels de l'histoire comme Davy Crockett ou P.T. Barnum, et vous obtenez une course folle. Je ne peux pas lâcher ces livres. Les contes de Schechter sont des mystères, alors si ce n'est pas votre tasse de thé. . .

Les Pyramides de Napoléon de William Dietrich sont bien, tout comme Dark Matter de Philip Kerr.

38FrancisHamit

L'espion de Shenandoah est techniquement mon "premier" roman (première publication, pas premier écrit). Et, étant l'histoire plus ou moins vraie d'une jeune fille de 17 ans, Belle Boyd, qui est devenue une espionne et éclaireuse de l'armée confédérée pendant la guerre civile, elle offre une nouvelle perspective sur la première partie de la guerre et d'autres personnalités telles que Stonewall Jackson, Turner Ashby et David Hunter Strother. Belle est devenue la première femme de l'histoire américaine à être officiellement nommée officier de l'armée (Mauvaise armée, mais que diable,)

Je suis fier de dire que je viens d'obtenir une autre critique cinq étoiles pour ce roman, celle-ci de Clark Issacs de "Clark's Eye on Books". Cela fait 13 (et ça compte). Vous pouvez tous les lire sur BrassCannonBooks.net, où vous pouvez également commander une copie signée de notre signature de livre virtuel.

Des exemplaires de révision sont toujours disponibles pour les réviseurs qualifiés.

39DWilkin

40gwernin

41DWilkin

Après avoir lu la critique de Stormravens sur un autre livre, je me promène encore plus sur tout ce que Clark Issacs touche. Lorsque votre avis est remis en question, vous devriez être en mesure de soutenir la défense de ce que vous vouliez dire ou avez dit. Ne pas faire la guerre à l'examen.

Beaucoup de gens ont pensé à afficher leurs propres œuvres sur cette page. Je suis d'accord avec ça si ce sont des livres qui ont été publiés de manière traditionnelle. Les œuvres auto-publiées ne sont pas la voie à suivre. Si c'était le cas, je pourrais facilement mettre en place dix livres que j'ai écrits et terminés. Mais pourquoi? Ce n'est pas parce que je pense qu'ils sont bons qu'on les impose au monde. Le processus de soumission à quelqu'un prêt à parier son argent pour publier et vous payer pour avoir écrit ce chef-d'œuvre est la façon dont les choses fonctionnent.

Le fait qu'Internet ait donné une nouvelle dynamique ne signifie pas que c'est une bonne dynamique. Regardez Eragon. Trop médiatisé et sous-estimé, mais tout d'un coup, tout le monde croit qu'il peut écrire et publier un livre à un million d'exemplaires.

42SubventionsIndien

43atimco

44sorell

Je ne peux pas en dire assez sur le livre Mudbound d'Hillary Jordan. C'est excellent et il s'agit d'une famille du Sud juste après la Seconde Guerre mondiale. Il est raconté sous différents angles et j'ai trouvé que c'était un excellent livre. Le livre audio est aussi un plaisir à écouter.

Je deuxième et troisième la recommandation de tout le monde pour l'Année des merveilles ainsi que toutes les autres nuits.

45DWilkin

46JohannaMoran

Random House offre 30 exemplaires de mon roman historique ici sur librarything. J'espère que certains d'entre vous en feront la demande et en gagneront un. Le concours se termine le 28 novembre. THE WIVES OF HENRY OADES fait ses débuts le 4 février au Royaume-Uni et le 23 février aux États-Unis.

47Larxol

48JohannaMoran

49laurasbibliothèque

Essayez Under this Unbroken Sky de l'auteur canadien Shandi Mitchell.

American Rust de Philipp Meyer. Les deux livres sont des premiers romans.

50cnposner

Voici un livre publié pour la première fois il y a longtemps, mais récemment réimprimé après de nombreuses années où il était presque totalement introuvable. C'est le premier et le seul ouvrage publié de l'auteur à ce jour, écrit quand l'auteur avait 14 ans.

Le miroir en bronze vert de Lynne Ellison

Karen joue sur la plage lorsqu'elle trouve un ancien miroir enfoui dans le sable. Elle l'examine et est transportée dans le temps jusqu'à l'empire romain. Se retrouvant esclave, elle fait face à de nombreuses aventures époustouflantes dans sa lutte pour retourner à son époque.

51obie-1948

Si je peux avoir l'audace de suggérer mon propre roman de fiction historique intitulé "Un misérable, un roman de l'apôtre Paul". Le cadre est l'Empire romain du 1er siècle, et l'histoire suit le conflit dans l'église primitive entre Paul et l'église de Jérusalem dirigée par Pierre et Jacques, le frère de Jésus. Le roman a reçu des éloges de la part des chercheurs pour son authenticité historique. Voici un échantillon de textes de présentation :

« un récit fictif époustouflant de l'église primitive… le roman le plus authentiquement historique jamais écrit sur la vie des apôtres… présente les apôtres comme de véritables êtres humains de chair et de sang… C'est une histoire qui choquera et inspirera à la fois. Professeur Jeffrey Butz

"une recréation puissante du monde de Paul, James et Peter qui ne frappe pas … roman très lisible, basé sur l'érudition contemporaine … Paul prend vie en tant qu'individu complexe … ce livre ouvre la réalité du monde de Paul et de ses contemporains dans d'une manière qu'aucun autre travail ne fait… De vraies personnes, avec des passions et des programmes, montent sur la scène mondiale. " D'après l'avis du professeur Barrie Wilson

« une exploration fascinante des mouvements juifs et des Gentils au premier siècle… Un homme misérable vous aidera à imaginer votre chemin dans la vie et l'époque de Paul… Holmen capture définitivement la « sensation » des territoires romains du premier siècle… érudition progressive sur Paul … ces personnages sautent de la page et dans notre imagination. " D'après l'avis du consultant en éducation chrétienne Tim Gossett

Le site Web du roman contient également une mine d'informations historiques. www.awretchedman.com. Cliquez sur le bouton du blog pour vous inscrire à un cadeau gratuit.

52dkmarley

53joririchardson

Wow, ce fil a vraiment attiré beaucoup de spammeurs.

Si quelqu'un lit encore.

J'ai lu récemment la Mandoline de Corelli, et elle est entrée dans mon Top 10. C'est incroyable ! Je le recommanderai assurément.

54DWilkin

55Corey Holst

56Violette62

57Gingersnap000

58dyarington

59audreyl1969

60PeggyLD

61MarkMcGinty

62DWilkin

63MCliffordAuteur

>8 TheFlamingoLit :. & 9. Le Coffee Trader a l'air TELLEMENT génial ! Je suis tellement content que vous ayez posté à ce sujet. Je vais certainement vérifier cela bientôt.

Maintenant, je ne recommanderais généralement jamais un livre que je n'ai pas encore lu, mais je veux en quelque sorte en recommander DEUX que je n'ai pas encore lu ici. Je suis juste allé à une sorte de "chat d'auteur" dans une bibliothèque locale lors d'un festival du livre auquel j'ai participé la semaine dernière. Deux auteurs étaient là, chacun parlant de leurs romans de fiction historiques qui traitent de personnages emblématiques. Je n'ai pas encore eu l'occasion de lire l'un ou l'autre livre (mon budget de livre est tout à fait trop petit), mais les deux livres sonnaient si bien et chaque auteur avait tellement de choses intéressantes et perspicaces à dire, que j'ai l'impression que je devrais au moins mentionner eux ici.

Il s'agit d'Alice I Have Been, de Melanie Benjamin et The Lost Summer of Louisa May Alcott, de Kelly O'Connor McNees. Alice I Have Been parle de la vraie vie d'Alice (d'Alice au pays des merveilles) et de sa supposée relation avec Charles Dodgson (alias Lewis Carroll). Dans The Lost Summer of Louisa May Alcott, McNees raconte une période (l'été 1855, je crois) pendant laquelle Alcott (auteur de Little Women) avait tenu un journal, mais avait ensuite brûlé ces journaux et lettres connexes. McNees était intriguée par les raisons pour lesquelles Alcott aurait pu faire cela, alors elle mélange les faits avec la fiction pour créer une nouvelle réalité de ce qui a pu se passer pendant cet été effacé.

Je pense que les deux livres ont l'air incroyable et j'ai l'intention de lire les deux dès que mon budget le permet ! :)

64Cariola

65chattycathysmith

66Corey Holst

67Cariola

65> J'ai parcouru le reste avant d'écrire ma critique. Cela ne s'est pas amélioré. Louisa grincheuse, sœurs chasseuses de mari, beaucoup d'anachronismes, des personnages ternes, des dialogues guindés, des situations clichées.

J'étais l'un de ces lecteurs qui DOIVENT finir même un mauvais livre, juste au cas où il s'améliorerait. Mais il y a trop de bons livres et trop peu de temps pour les lire, alors maintenant je leur donne généralement 50-100 pages, et si les choses ne s'améliorent pas, je survole rapidement le reste (si je peux le supporter) .

Cela dit, nous avons tous des goûts différents pour les livres. Vous avez droit à votre opinion, et moi à la mienne. Je suppose que McCliffordArthur prendra une décision indépendante.

68bettyjo

69hollysing

Puis-je humblement suggérer par le premier roman, , un roman historique se déroulant dans les années 1920. Crestmont est répertorié ici sur Library Thing et a obtenu de bonnes critiques (vous pouvez les consulter sur Amazon si vous le souhaitez)
Merci,

Holly Weiss
Quelques informations sur le livre sont sur mon site Web
www.hollyweiss.com

70varielle

71brainelle

J'apprécie vraiment The Physick Book of Deliverance Dane de Katherine Howe. C'est très bien. J'ai également apprécié My Enemy's Cradle de Sara Young - il s'agit de la Pologne de la Seconde Guerre mondiale et du programme Lebensborn pour prendre tous les bébés engendrés par des soldats allemands et les donner aux familles allemandes.

72MarysFille

73hollysing

Lire The Whiskey Rebels et le trouver très intéressant. Deux personnages différents en direct convergent finalement environ 1/3 à travers le livre.

74richardderus

Je ne taris pas d'éloges sur Fatfingers : A Tale of Old New Orleans ! Je l'ai examiné dans mon fil. poste #95.

L'auteur, Charlie White, est un LTer qui m'a envoyé une copie du livre il y a environ deux mois, et selon ma coutume, j'ai lu le livre deux fois avant de le relire. J'ai attendu deux semaines entre les lectures pour être sûr que je n'étais pas seulement d'humeur étourdie, j'aime le monde quand je l'ai lu pour la première fois, expliquant ainsi pourquoi j'étais si amusé et diverti.

Nan. C'est le livre. Je pense vraiment, vraiment que vous devriez tous le lire, en particulier toute personne intéressée par les choses cajun et les choses picaresques. C'est du bon matos ! Il se déroule au 18e siècle et reprend les événements de la guerre de sept ans du PoV acadien, ou maintenant cajun. Bon produit!

75Carpe_Librum

76CJWright

77hollysing

78DWilkin

J'ai commencé ce fil il y a quelque temps pour obtenir des recommandations pour un éditeur qui n'en a plus besoin et qui nous a depuis rejoint ici sur LT.

Quelque part en cours de route, nous avons eu une petite discussion sur le travail auto-publié et sur la recommandation de votre propre travail. C'est toujours un non-non et une violation des conditions sous lesquelles LT opère, pour autant que je sache.

Je suis sûr qu'il y a d'excellentes histoires de nos membres, mais l'astuce, je pense, pour en discuter dans un fil comme celui-ci, c'est d'avoir quelqu'un d'autre en parle. Pas vous-même.

Sinon, je suis sûr que beaucoup d'entre nous pourraient brancher nos propres œuvres.

Même si nous écrivions et étions aussi populaires que James Michener, il serait de mauvais goût pour un écrivain de cette stature de publier son propre livre à moins d'être invité par le fil à en discuter. (Je pense que JM est parti si quelqu'un prend cette idée au pied de la lettre.)

79Guitare

80Anley

Genre : AUTOBIOGRAPHIE FICTIONNELLE

Je vais le dire tout de suite : ce livre sur les atrocités nazies devrait être une lecture obligatoire pour tout le monde. Période. Franchement, c'est juste aussi bon, informatif, et exploite des sources jusqu'alors inexploitées pour révéler des faits qui vous choqueront, vous hypnotiseront et vous submergeront, peu importe ce que vous pensez savoir sur l'Holocauste. Afin de recevoir ma note la plus élevée de HAUTEMENT RECOMMANDÉ, un livre doit être vraiment exceptionnel - la tête et les épaules au-dessus des autres que j'ai examinés. Ce livre entre facilement dans cette catégorie. Non seulement il est méticuleusement recherché, mais d'une manière poignante bien écrit, un vrai tourneur de pages déchirant. L'auteur, en choisissant de l'écrire de manière autobiographique à la première personne, nous place là dans les camps de la mort, même s'il admet qu'une personne « peut décrire ce qu'elle a vu mais ne peut PAS TRANSMETTRE l'expérience ». Eh bien, c'est peut-être le cas habituel, mais cet auteur s'en rapproche terriblement et a certainement fait un sacré travail pour susciter mes émotions.
La mission de notre protagoniste pendant la Seconde Guerre mondiale : s'infiltrer dans l'Allemagne nationale-socialiste afin de découvrir où ils ont déménagé leurs usines afin d'éviter les bombardements alliés. Arrêté pour avoir une petite amie juive, il est ensuite propulsé dans un voyage cauchemardesque de Dachau à Auschwicz, alors même que l'amour de sa vie est pris dans le système. Je ne peux pas commencer à résumer le récit brillamment écrit par l'auteur de ces années horribles dans les camps de la mort. Avec des descriptions effrayantes, le récit révèle des atrocités pires que toutes celles que j'ai jamais entendues. Comme le dit si bien l'auteur : « En cinq ans, Auschwicz s'est métamorphosé d'un lieu de terreur en un univers d'horreur. Néanmoins, comme la LISTE DE SCHINDLER, son pendant, A CARNAVAL OF LIES se termine sur une note élevée de courage sans précédent avec une déclaration profonde sur le pouvoir de l'amour de durer. En toute honnêteté, la seule chose que je pouvais contester dans ce roman était le choix du titre. Pour moi, A CARNAVAL OF LIES semble un peu léger. Je pense que le livre aurait été mieux servi en utilisant les propres mots de l'auteur, "Despotism of Darkness", pour titre. Mais c'est juste moi.
La jaquette du livre nous dit que l'auteur, le Dr Vernon L. Anley, a fait ses études en Australie et en Angleterre et a parcouru le monde. Il est un expert dans des domaines tels que la linguistique et les voyages et ses visites dans les camps de la mort d'Hitler en Allemagne, en Pologne et en Autriche me disent que c'est là qu'il a pu utiliser des recherches aussi méticuleuses pour produire un roman aussi fascinant. Mon conseil? Procurez-vous immédiatement un exemplaire de ce livre. Vous ne serez pas désolé

Hautement recommandé, critique : Jan Evan Whitford, Allbooks Reviews, 22 octobre 2010
Publié par : Éditions OakTara ©2010
ISBN : 978-1-60290-228-2
Broché commercial, 226 pages
oct. 2010
Pour plus d'informations et détails d'achat :


Voir la vidéo: Montezuma in fact is of Moorish descent!!!!! (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Vibei

    Et où peut-on les compter ?

  2. Memphis

    Il y a quelque chose à ce sujet, et c'est une excellente idée. Je t'encourage.

  3. Senen

    Un message fascinant

  4. Zull

    Il y a quelque chose. Merci pour une explication. Je ne le savais pas.

  5. Fautaur

    Je pense que vous faites une erreur. Discutons. Envoyez-moi un courriel à PM.



Écrire un message